Une médaille et plein de projets pour la petite fille aux sous noirs

DIEPPE – L’expression «c’est avec des cennes qu’on fait des piastres» n’aura jamais résonné aussi fort qu’auprès de Catherine Desjardins. Les activités de bienfaisance et les reconnaissances n’en finissent plus pour la petite fille aux sous noirs.

La vie de Catherine Desjardins n’a jamais été banale. Née prématurément, c’est aux bons soins de l’équipe de l’Unité de soins néonatals intensifs (USNI) de l’Hôpital de Moncton qu’elle a dû passer ses 81 premiers jours.

Six ans après et bien des rendez-vous chez le médecin plus tard, c’est une fillette en parfaite santé qui s’est lancée, en novembre 2010, dans une grande collecte de sous noirs pour épauler la Fondation des Amis de l’hôpital dans sa campagne de financement pour les soins néonatals.

Dans ses efforts pour venir en aide aux «bébés nés trop tôt», celle que l’on connaît dorénavant comme la petite fille aux sous noirs a su rallier derrière elle son école, sa communauté et les médias.

Au cours de l’hiver 2011, Catherine et sa famille ont roulé 650 000 sous noirs pour atteindre la rondelette somme de 6500 $.

À la fin du mois dernier, Catherine Desjardins a reçu la médaille de la Paix du YMCA du Grand Moncton pour ses activités de bienfaisance. Elle serait à ce jour la plus jeune récipiendaire de ce prix.

«J’étais à l’école et on m’a dit après que j’avais gagné. J’étais toute contente», a-t-elle confié.

On l’a honorée le 23 novembre lors du déjeuner de la paix du YMCA en plus de lui remettre une médaille.

Il faut dire que les exploits de la fillette de sept ans sont loin de se limiter à la collecte de sous noirs. Avec son ancienne enseignante de la maternelle à l’école Amirault de Dieppe, Cindy Roy, Catherine a réalisé le livre La Petite fille aux sous noirs, lancé en octobre aux Éditions Karo.

«Au début, nous pensions seulement l’imprimer nous-mêmes. Puis les Éditions Karo ont entendu notre histoire et ils ont décidé de s’embarquer dans cette aventure avec nous et ils ont publié le livre», a raconté la mère de Catherine, Isabelle Desjardins.

Le livre écrit par Mme Roy et illustré par Catherine raconte le séjour de cette dernière à l’Hôpital de Moncton et ses raisons de venir en aide aux autres enfants comme elle.

«Je veux aider l’équipe médicale à sauver d’autres bébés nés trop tôt comme moi. Il leur faut des sous pour acheter de nouveaux petits isoloirs et de nouveaux moniteurs pour le cœur», dit Catherine dans son livre.

De plus en plus populaire, Catherine a aussi été invitée à raconter son histoire lors d’un spectacle de la chanteuse Isabelle Bujold pour sa Fondation Les Ailes du papillon qui appuie financièrement l’USNI de l’Hôpital de Moncton.

La petite fille aux sous noirs a aussi mené une collecte de livres usagés à l’intention des garderies de Dieppe contre un don optionnel à l’unité des soins néonatals intensifs.

Après les Fêtes, Catherine Desjardins a l’intention d’aller monter un kiosque à l’Hôpital de Moncton pour vendre son livre qui, par ailleurs, est disponible en librairie. Les profits de la vente de ce livre iront à l’USNI.

Catherine poursuit toujours sa collecte de sous noirs cette année. Les élèves de son école mettent même la main à la pâte pour rouler les sous tout en s’exerçant en mathématiques.

La famille de Catherine peut être jointe par courriel (histoiredecatherine@hotmail.com).