Les oiseaux du parc national Kouchibouguac recensés

KOUCHIBOUGUAC – Le comté de Kent ne semble pas échapper au réchauffement climatique.

Mercredi, une quinzaine de personnes ont profité du temps doux pour prendre part au 42e Recensement annuel des oiseaux du parc national Kouchibouguac, qui est, selon les employés de Parcs Canada, le premier inventaire de la sorte à avoir été réalisé dans une collectivité acadienne.
Plus de 1477 individus de 32 différentes espèces ont été recensés dans un rayon de 12 kilomètres, comprenant également les territoires de Saint-Louis-de-Kent, de l’Aldouane ainsi qu’une petite partie de Saint-Ignace et de Pointe-Sapin.

La moyenne annuelle est de 800 à 1200 oiseaux.

«Il y a beaucoup de facteurs impondérables. En 2010, nous avions recensé 3428 individus de 41 espèces. C’était deux jours après une tempête majeure, et sur les côtes, il y avait beaucoup de homard, ce qui a attiré environ 2000 goélands», a raconté le coordonnateur de la mise en valeur du patrimoine du parc national Kouchibouguac, Victor Savoie.

Deux quiscales bronzés, un bruant familier et un bruant chanteur font partie des trouvailles inhabituelles de mercredi.

«Ce ne sont pas des oiseaux rares dans notre région, mais maintenant, ils devraient être plus au sud (aux États-Unis). Il a fait beau cet automne et l’hiver est doux jusqu’ici. De plus, ce fut une bonne année pour les arbres à fruits, donc il y a de la nourriture. Parfois, ces oiseaux peuvent passer la saison hivernale ici», a expliqué Daniel Richard, un ornithologue amateur âgé de 18 ans.

Selon Oiseau.net, les quiscales bronzés hivernent dans la partie ouest des États-Unis, au sud du Minnesota et de la Nouvelle-Angleterre.
Autre fait étonnant, environ 140 merles d’Amérique, mieux connus sous le nom de rouges-gorges, ont aussi été vus le 28 décembre.

«C’est vraiment exceptionnel. Normalement, ils arrivent au printemps et ils annoncent la venue de l’été. C’est incroyable», a dit Victor Savoie, qui participe à ce recensement depuis plus de 20 ans.

L’employé de Parcs Canada ne se dit toutefois pas totalement surpris par ce scénario.

«En général, dans les 40 dernières années en Amérique du Nord, 58 % des espèces d’oiseaux ont migré vers le Nord en ce qui concerne leur aire de distribution (hivernale et estivale), ce qui épaule la thèse du réchauffement climatique. C’est le même phénomène partout, que ce soit au Québec ou en Pennsylvanie», a-t-il dit.

Cette activité du parc national Kouchibouguac fait partie du Recensement des oiseaux de Noël, qui en est à sa 112e année. Cet événement, qui a lieu partout en Amérique du Nord, regroupe 60 000 participants.

«J’aime beaucoup la nature, la forêt et les oiseaux. Ça me fait plaisir de participer à un recensement. Chaque année, la météo est très différente», a fait savoir Pierrette Robichaud.