Politique municipale: 2012 sera chargée

CAMPBELLTON – Avec l’arrivée imminente des élections municipales et l’implantation progressive de la récente réforme de la gouvernance locale, l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) ne chômera pas en 2012.

Des élections municipales se produisent tous les quatre ans au Nouveau-Brunswick. Cela n’a donc rien d’inhabituel pour l’AFMNB si ce n’est que, cette fois-ci, elles se dérouleront avec, en trame de fonds, la réforme sur la gouvernance locale du gouvernement conservateur de David Alward.

Annoncée en décembre, cette réforme sera sans l’ombre d’un doute le principal dossier qui retiendra l’attention du monde municipale – et de surcroit l’AFMNB – au cours de 2012.

«On va surveiller l’évolution de ce dossier de très près, car bien que l’on connaisse les grands objectifs que s’est donnés le gouvernement avec cette réforme, on en sait encore très peu sur les mesures qu’il compte mettre en place pour atteindre ces objectifs. On est dans l’inconnu à ce niveau», explique Jean-Paul Savoie, président de l’AFMNB.

Selon lui, ce flou pourrait d’ailleurs avoir comme impact – à très court terme – de décourager d’éventuels candidats aux postes de maires et conseillers de se présenter lors des prochaines élections.

«Ne sachant pas les règles du jeu qui s’appliqueront pour les quatre prochaines années, certaines personnes pourraient ne pas vouloir s’aventurer en politique municipale. C’est problématique, surtout si l’on tient compte qu’il est déjà passablement difficile d’attirer de bons candidats en temps normal», dit M. Savoie, soulignant que ce sont les futurs conseillers et maires élus en mai qui auront la tâche d’implanter dans leurs communautés les différents éléments à venir de la réforme.

Mais selon M. Savoie, l’impact de la réforme sur la gouvernance devrait davantage se faire sentir davantage lors des élections municipales de 2016 que lors du scrutin de mai.

«C’est qu’il pourrait y avoir plusieurs changements dans le paysage municipal au Nouveau-Brunswick d’ici les prochaines années, surtout si le gouvernement promet des incitatifs pour faciliter les regroupements», affirme-t-il.

Pour l’AFMNB, l’arrivée de la réforme signifie une année hautement mouvementée.

«On doit composer avec une élection et une réforme… C’est énorme», note M. Savoie.

«L’important pour nous à ce moment-ci, c’est de faire un tour en région (forums régionaux) pour expliquer aux municipalités l’essentiel de la réforme, car je suis persuadé que ce n’est pas tout le monde qui sait et qui comprend bien tout ce qui est contenu dans ce document. On va commencer cet exercice dès ce mois-ci. On va également continuer de discuter avec le gouvernement, car on veut être partie prenante du travail qui va bientôt s’amorcer. On veut être à la table afin de s’assurer que cette réforme va dans le bon sens, soit celui de la pleine municipalisation, car c’est ça que nous prônons. Actuellement, le gouvernement et nous parlons le même langage. On a les mêmes objectifs. Reste à savoir si nous serons d’accord sur les mesures à prendre afin d’arriver à ces objectifs», souligne M. Savoie.

Nouveau DG

En 2011, l’AFMNB a perdu les services de sa directrice générale de longue date, Lise Ouellette. L’année 2012 s’amorce avec l’arrivée d’un nouveau venu à ce poste, soit Frédérick Dion, qui occupait d’ailleurs ce poste de façon intérimaire depuis le départ de sa prédécesseure.

«M. Dion n’arrive pas à l’association comme un inconnu. Il a travaillé avec nous pendant cinq ans. Il a également travaillé pour l’Union des municipalités québécoises. Il arrive donc avec un bagage intéressant du monde municipal», note M. Savoie.