Brian Gallant souhaite faire les choses autrement

MONCTON – Le jeune avocat Brian Gallant, de Moncton, est passé de la parole aux actes, mercredi, en officialisant sa candidature dans la course à la direction du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, lors d’une tournée provinciale qui s’est entamée à Caraquet, en matinée.

À midi, le succès Life Is A High-way de Tom Cochrane a retenti et l’Acadien originaire de Shédiac Bridge a fait son entrée dans le foyer du Théâtre Capitol, à Moncton, où plus d’une centaine de partisans l’attendaient.

Les coprésidents de sa campagne, le député fédéral Dominic LeBlanc et l’ancienne députée provinciale et ex-ministre de la Santé Mary Schryer se sont avancés au podium pour présenter et vanter les mérites du troisième candidat à annoncer officiellement son intention de succéder à l’ancien chef et premier ministre Shawn Graham.

«Avec plus de 200 personnes à l’heure du dîner un mercredi à Moncton, ce n’est pas seulement une vraiment bonne journée pour le Parti libéral du Nouveau-Brunswick, c’est aussi une très mauvaise journée pour David Alward», a déclaré M. LeBlanc en annonçant le nouveau candidat.

Le jeune politicien mènera sa campagne sous le thème «Une nouvelle approche». Il compte ainsi séduire les libéraux de la province en s’inspirant du passé, tout en lançant de nouvelles idées.

«D’après moi, le prochain chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick doit apprendre de ceux qui l’ont déjà été, mais il doit aussi apporter de nouvelles idées, de nouvelles personnes, une nouvelle vision et une nouvelle approche», a affirmé M. Gallant.

Le coût des soins de santé, l’exode de la population, l’ampleur de la dette provinciale, l’accès à l’éducation postsecondaire et les milieux ruraux sont au nombre des priorités du politicien âgé de 29 ans. Il compte aborder ces dossiers d’une nouvelle façon, tout en plaçant le Nouveau-Brunswick sur le chemin de la prospérité.

«Nous devons nous assurer de continuer à créer de la richesse, tout en continuant à réclamer une justice sociale. Les jeunes, les pauvres et les vulnérables sont des gens avec des droits fondamentaux et des besoins de base. Ils sont aussi les gens les plus affectés par les politiques des gouvernements. Ce sont ces gens que nous devons protéger. Ce sont ces gens que le Parti libéral du Nouveau-Brunswick doit protéger», a expliqué M. Gallant.

Les députés libéraux Denis Landry et Hédard Albert ont suivi le nouveau candidat dans sa tournée qui les a amenés à Caraquet, Miramichi, Moncton, Fredericton et Saint-Jean. Tous les deux ne sont pas prêts à endosser un candidat ou un autre, mais affirment tout de même que la candidature de Brian Gallant est très intéressante.

«C’est un jeune homme dynamique, compétent et qui est à l’écoute des gens. C’est un gars qui a beaucoup de leadership. Alors ça va apporter beaucoup au Parti libéral. Un tel candidat va rehausser la course à la direction du parti», a avancé M. Albert.

Brian Gallant s’est d’abord fait connaître en tant que président de la Fédération des étudiantes et étudiants du Centre universitaire de Moncton et ensuite en tant que candidat aux élections provinciales de 2006 alors qu’il affrontait le premier ministre sortant, Bernard Lord, dans sa circonscription de Moncton-Est. Il a aussi déjà été couronné du titre de Monsieur Nouveau-Brunswick.

Celui qui est aussi président de l’Association libérale de Kent-Sud rejoint ainsi deux autres candidats, l’ancien ministre de la Santé Michael Murphy et le maire de Belledune, Nick Duivenvoorden. Kelly Lamrock, ancien ministre de l’Éducation, songe toujours sérieusement à se lancer dans la course, mais n’a rien confirmé.