Recensement: incrédulité à Saint-Léolin

SAINT-LÉOLIN – D’après Statistique Canada, entre 2006 et 2011 Saint-Léolin aurait perdu 245 habitants, soit le tiers de sa population. C’est l’incrédulité dans ce village de la Péninsule.

Les habitants sont toujours sous le coup de la surprise. Au lendemain de la publication des chiffres du recensement pour 2011, l’information alimentait toutes les conversations jeudi matin au déjeuner du Club de l’âge d’or de Saint-Léolin. Son président, Guy Cormier, est formel: «Pour moi ce n’est pas logique. Perdre comme cela 33 % de la population c’est impossible.»

Cette incrédulité, le maire, Joseph Lanteigne, la partage.

«On est restés bouche bée quand on a appris la nouvelle. Perdre 245 citoyens, on a bien de la difficulté à croire ça», avoue l’élu.

Pour autant, Joseph Lanteigne ne jette pas la pierre à Statistique Canada. «Je ne peux pas dire qu’ils n’ont pas fait leur travail, mais il y a un problème.»

Cette baisse étonnante de la population interpelle les habitants du village, à l’exemple de Raymond qui a toujours vécu à Saint-Léolin.

«Ça se verrait si la moitié des maisons étaient vides. C’est vrai qu’il y a moins de jeunes, mais quand même, il doit y avoir une erreur», pense cet habitant du village.

Saint-Léolin n’a, il est vrai, rien d’un village fantôme. Tout au plus, peut-on dénombrer quelques panneaux de maisons à vendre, mais pas plus qu’ailleurs.

Alors d’où vient l’erreur? Si erreur il y a. Le maire de Saint-Léolin est bien décidé à mener son enquête pour le savoir.

«Est-ce que Statistique Canada a bien livré le bon nombre de questionnaires? Est-ce que tous les citoyens les ont bien remplis? Et je sais que certains ne l’ont pas fait. Maintenant, on va faire nos devoirs avant d’aller cogner à la porte de Statistique Canada», annonçait jeudi Joseph Lanteigne.

Le maire de Saint-Léolin ne sait pas encore s’il va ou non contester officiellement les résultats du recensement pour son village et s’il pourrait demander une rectification.

Il faut dire que cette nouvelle évaluation de la population a un impact sur la communauté.

«Cela peut jouer pour le retour sur la taxe sur l’essence ou encore sur les demandes de financement qu’on peut faire auprès du gouvernement», détaille Joseph Lanteigne.

Quant à savoir l’impact sur l’école Le Maillon de Saint-Léolin, en sursis depuis juillet dernier, le maire reste prudent.

«Je ne crois pas que ce sera négatif. On attend toujours la réponse définitive du ministre, mais on a toujours la même jeunesse dans notre école.»

Un fait que confirme la directrice de l’école, Lise Gauvin. «Nous n’avons pas constaté une baisse des effectifs», reconnaît-elle.

«Nous avons actuellement 60 élèves, l’an passé 58 et on prévoit d’en avoir autant l’an prochain. Il y a deux ans on avait déjà une soixantaine d’élèves, c’est pas mal stable.»

S’il se dit très étonné de l’évaluation de la population de son village, le maire de Saint-Léolin n’oublie pas que cette médaille aura aussi un revers positif.

«Ça va nous faire une économie pour le service de police qu’on paye en fonction du nombre d’habitants.» Une assez maigre consolation.