Recensement: «recomptage» à Saint-Léolin et Pointe-Sapin

CARAQUET – Statistique Canada vient de lancer une vérification des résultats du recensement pour les municipalités de Saint-Léolin et de Pointe-Sapin. «Le processus est entamé», a annoncé mardi Lau-rent Roy, chef qualité et analyse de Statistique Canada, à l’Acadie Nouvelle.

Cette revue formelle des comptes de population peut prendre de «plusieurs semaines à plusieurs mois», poursuit Laurent Roy.

Cette analyse permettra de vérifier si Saint-Léolin a bien perdu le tiers de sa population de 2006 à 2011 et si le nombre d’habitants du DSL de Pointe-Sapin a réellement progressé de 15,9 % sur la même période. Des résultats qui avaient créé la surprise et causé le scepticisme dans les deux communautés.

Selon les chiffres publiés mercredi dernier par Statistique Canada, la population de Saint-Léolin serait passée de 733 à 488 habitants entre 2006 et 2011 et celle de Pointe-Sapin aurait progressé de 414 à 480 habitants.

«C’est important pour notre communauté», réagissait mardi le maire de Saint-Léolin Joseph Lanteigne.

S’il se déclare satisfait de la décision prise par Statistique Canada de revoir le dossier de son village, il reste prudent.

«Cela nous a fait une publicité négative.»

L’élu de la Péninsule s’interroge toujours sur la fiabilité des chiffres de Statistique Canada. «Cela m’inquiète, car cela a un impact sur beaucoup de choses. Les autres municipalités des alentours se posent également des questions». 

Aussi, sans attendre les résultats de la vérification enclenchée par Statistique Canada, Saint-Léolin va entreprendre son propre recomptage. Son administrateur Gérard Battah le confirmait mardi.

«Avec le maire, nous avons fait un premier calcul approximatif et nous avons compté au-dessus de 620 habitants. On sait aussi que 295 familles sont desservies par le bureau de Postes Canada.»

Un chiffre que l’on peut mettre en parallèle avec les 244 logements privés, dont 225 occupés par des résidants habituels, dénombrés sur Saint-Léolin par les services de Statistique Canada en 2011. 

«Pour être bien sûrs de nous, nous devons encore vérifier avec les données des services municipaux. On veut aller vraiment au fond des choses, quitte à faire du porte-à-porte», conclut Gérard Battah.

«D’ici fin février, on devrait avoir quelque chose de concret», espère le maire de Saint-Léolin.