Caraquet: Sobeys poursuit ses acquisitions

CARAQUET   – L’entreprise Sobeys poursuit ses acquisitions foncières à Caraquet, dans l’objectif de construire un supermarché d’alimentation.

Le dernier achat officialisé est celui de la bâtisse qui abrite depuis une dizaine d’années le fleuriste Au Coin Fleuri. Jean-Marie Gionet, son copropriétaire, a confirmé ce lundi à l’Acadie Nouvelle l’accord conclu avec Sobeys.

Les négociations ont commencé à la fin de l’année dernière.

«J’ai saisi une occasion d’affaires qui se présentait», explique Jean-Marie Gionet. Il était tenu à la discrétion jusqu’à tout récemment par des clauses de confidentialité.

Le magasin implanté depuis une dizaine d’années sur la rue du Portage fermera ses portes au public le samedi 3 mars.

«La bâtisse sera jetée à terre assez rapidement ensuite», croit savoir le chef d’entreprise bien connu dans la Péninsule.

«Qu’est-ce qu’ils veulent faire du terrain? Ça, je ne pourrai pas vous le dire.»

Au début de février, c’est l’édifice Place des Robin, situé en face de l’hôpital de Caraquet, qui avait été rasé pour faire place au futur supermarché de la chaîne Sobeys. La multinationale a également acheté le bistro Au Vieux Rafiot depuis le début de l’année, qui doit également être démoli.

Tous ces bâtiments sont situés dans un rayon de quelques dizaines de mètres. Un rayon dans lequel se trouve également le restaurant Maribel dont le sort n’est pas officiellement réglé.

«Je n’ai rien à déclarer pour l’instant», se contentait de dire lundi Marcel Lanteigne, le copropriétaire du Maribel.

Son terrain est néanmoins concerné par la demande de dézonage qui a été examinée justement ce lundi soir par le conseil municipal de Caraquet.

Présentée par la société qui gère les acquisitions foncières pour le compte de Sobeys, cette demande vise en fait trois terrains (le restaurant, le fleuriste et un terrain vacant), le long de la rue du Portage jusqu’à la rue des Robin, à l’est des terrains déjà acquis par Sobeys à Antoine Godin.

Réunis en séance extraordinaire, les élus ont décidé de transmettre le dossier à la Commission d’aménagement de la Péninsule acadienne pour obtenir son avis.

Toutes ces acquisitions donnent une idée de l’ampleur du projet de Sobeys. Avec cette emprise foncière, la multinationale peut construire un supermarché d’alimentation de bonne taille avec des places de stationnement en nombre suffisant.

Même si elle n’est pas officielle, une superficie d’environ 45 000 pieds carrés est évoquée pour le seul supermarché d’alimentation.

Mais Sobeys voit encore plus grand pour son projet à Caraquet.

La nouvelle demande de dézonage vise à offrir à l’ensemble des terrains déjà acquis ou en cours d’acquisition le statut de «zone d’aménagement intégré».

Ce zonage permettrait la construction à plus ou moins long terme d’un deuxième bâtiment qui pourrait abriter un petit centre commercial.