Caraquet: Sobeys pourrait créer jusqu’à 110 emplois

CARAQUET – L’arrivée de la multinationale Sobeys à Caraquet est une très bonne nouvelle pour son maire, Antoine Landry. La grande surface alimentaire devrait créer plus de 100 emplois. Les travaux pourraient débuter au printemps pour une ouverture en décembre 2012.

«Oui, ça se précise. Les achats de terrains qu’ils ont déjà faits nous montrent que leur projet d’épicerie c’est vraiment du sérieux», confirme le maire de Caraquet, Antoine Landry.

Ces derniers mois, la multinationale a pris le contrôle de pas loin de huit acres entre les terrains vendus par Anatole Godin face à l’hôpital et ceux acquis le long de la rue du Portage. Le dernier en date est celui du fleuriste Au Coin Fleuri dont le copropriétaire, Jean-Marie Gionet, confirmait lundi avoir conclu un accord avec Sobeys.

Le géant de l’alimentation est également en négociations avec les propriétaires du Maribel pour parachever les acquisitions foncières nécessaires au projet de l’entreprise.

Et Sobeys a besoin de pas mal de place pour implanter un magasin dont la superficie est relativement importante. «Environ 45 000 pieds carrés, c’est assez grand et je pense assez comparable à la superficie de la Coopérative», avance Antoine Landry.

Tout autant que la superficie, c’est le nombre d’emplois créés dans la communauté qui intéresse au plus haut point le maire de Caraquet. «On parle de 105 à 110 emplois. Pour une ville de 4200 habitants, c’est beaucoup, c’est sûr», se réjouit-il.

Le gain net en matière d’emplois sera un peu moins important. L’arrivée de Sobeys va entraîner quelques pertes aussi avec la fermeture de plusieurs commerces, comme le fleuriste, le bistrot Au Vieux Rafiot et possiblement le restaurant Maribel.

Rien ne semble devoir tempérer l’enthousiasme d’Antoine Landry.

«Si une multinationale comme Sobeys vient chez nous, ça indique que l’économie va bien et qu’ils ont confiance dans le développement de notre ville, dans son avenir.»

Mais l’arrivée d’un poids lourd du commerce alimentaire ne risque-t-elle pas de fragiliser les enseignes déjà en activité, la Coopérative en tête?

Le maire de Caraquet n’y croit pas.

«Je ne suis pas inquiet. La bonne compétition est saine pour tout le monde. Dans d’autres villes aux alentours, des grandes surfaces se sont installées là où il y avait des épiceries coopératives. C’est sûr que les premières années il y a eu un effet, mais après cela s’est stabilisé.»

«Ajouter un autre commerce, ça va attirer des gens de l’extérieur de la ville. Je ne suis pas inquiet du tout pour la Coopérative. Au contraire, cela va aider tout le monde.»

Un Sobeys plus acadien que les autres

«Ici, à Caraquet, on a un arrêté municipal concernant l’architecture», rappelle son maire, Antoine Landry. Toute multinationale qu’elle est, la société Sobeys devra elle aussi composer avec les règles d’urbanisme de la Ville. Et elle semble d’accord pour le faire, assure le maire de Caraquet. Des échanges entre les services de la Ville et la multinationale ont eu lieu ces derniers mois à ce sujet.

«Des croquis ont été réalisés pour que le bâtiment reflète un peu l’architecture acadienne sur certaines façades du bâtiment. À ce jour, tout va bien. C’est accepté», se réjouit Antoine Landry.

«Une partie de la façade aura de grandes moulures, des sortes de colonnes, et à un endroit, si tout va bien, il devrait y avoir une grande fresque représentant l’ancienne Place des Robin. Cela ne sera pas juste une grande surface, pas juste un grand bâtiment tout simple», poursuit-il

Les habitants de la Péninsule vont devoir encore patienter un peu pour se faire une idée précise de la physionomie de cette nouvelle grande surface. Plus trop longtemps.

«Les travaux devraient commencer d’ici fin avril, début mai, dès qu’il va faire beau», croit savoir le maire de Caraquet.

L’ouverture du magasin pourrait se faire à la fin de l’année 2012, possiblement début décembre.