Alcool NB: une plus grande place au privé

FREDERICTON – Alcool NB devrait compter sur une plus grande participation du privé afin d’être plus rentable et plus efficace.

 

Dans son rapport rendu public mercredi, la société d’État indique qu’il est temps de modifier les pratiques commerciales et de réformer la gouvernance.

En dévoilant le rapport de l’Examen stratégique de l’avenir d’Alcool NB, le président et chef de la direction de la société de la Couronne, Daniel Allain, a souligné qu’il fallait adopter de nouvelles pratiques pour assurer sa rentabilité à long terme.

«Pour faire d’Alcool NB l’actif le plus efficace et le plus rentable dans la province, nous devons modifier nos pratiques commerciales. Nous devons amorcer une transition vers une forme de gouvernance plus axée sur l’entreprise qui avantagera l’évaluation d’Alcool NB et favorisera des possibilités de développement éventuelles», a-t-il déclaré.

Le rapport contient deux recommandations, l’une axée sur l’amélioration des services donnés aux consommateurs, l’autre sur la participation possible du secteur privé.

Il examine notamment la possibilité d’élargir l’éventail de types de franchises disponibles aux investisseurs privés.

«Nous avons 74 magasins franchisés et nous envisageons d’étendre la gamme des points de vente. Nous pensons aux concepts de magasins Boutiques, les magasins saisonniers et les magasins Ex-press qui pourraient venir s’ajouter à notre réseau de détaillants», a expliqué Daniel Allain.

Le rapport envisage également la possibilité de mettre un terme à la tradition qui fait en sorte que le président d’Alcool NB soit un proche du parti au pouvoir.

«Dans le rapport, on indique que le prochain président d’Alcool NB devra passer par une compétition et à travers un processus (de sélection) rigoureux», a souligné M. Allain.

Le critique libéral en matière de Finances, Donald Arsenault, indique qu’il est d’accord avec cette orientation.

Il reconnaît que le gouvernement dont il faisait partie aurait peut-être dû instaurer cette pratique, mais il souligne qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Le chef du Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Bruns-wick, Dominic Cardy, s’est lui aussi réjoui de cet élément du rapport.

«Il faut donner crédit aux personnes qui sont présentement en charge parce que c’est vrai que les nominations partisanes étaient devenues un problème. Depuis quelques années, il semblait que les seules personnes qualifiées pour diriger Alcool NB étaient des directeurs de campagnes conservateurs ou libéraux», a indiqué M. Cardy. 

Le document note aussi qu’il est important d’explorer davantage la possibilité d’établir des partenariats avec des tiers, en prônant notamment la coopération régionale avec les provinces voisines, comme le Québec.

Le rapport mentionne aussi la possibilité de vendre certains actifs de la société, sans toutefois se prononcer sur la question.

Toutefois, M. Allain a précisé que l’objectif de l’exercice n’est pas de privatiser Alcool NB, et que c’était la première fois en 35 ans qu’un examen stratégique de la société d’État est mené.

C’est le premier ministre David Alward qui avait demandé que soit mené un examen stratégique de l’avenir d’Alcool NB en 2010.

Sur le Web:
Le résumé du rapport, tel que présenté sur le site du gouvernement du N.-B.

Le reportage radio de notre journaliste Philippe Murat:
[AUDIO]