Parti libéral: Kelly Lamrock entend miser sur les idées

FREDERICTON – L’ancien ministre libéral, Kelly Lamrock, a officiellement annoncé qu’il se lance dans la course à la succession de Shawn Graham. Il devient ainsi la quatrième personne à annoncer son intention de devenir le prochain chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick.

Brian Gallant, un avocat de Moncton, Nick Duivenvoorden, maire de Belledune, ainsi que Mike Murphy, un autre ancien ministre libéral, se sont aussi officiellement déclarés candidats à la direction du Parti libéral du Nouveau-Brunswick.

Kelly Lamrock croit qu’il a sa place au sein de ce groupe de candidats.

«J’ai décidé qu’on a besoin d’une voix dans la course à la direction qui est progressiste, qui va mettre l’accent sur les idées et les alternatives au gouvernement Alward», a déclaré M. Lamrock.

M. Lamrock, qui a détenu le portefeuille de l’Éducation, avait soulevé la controverse en modifiant l’âge requis pour l’immersion française précoce.

En 2010, il a perdu son siège de Fredericton-Fort Nashwaak lors de la défaite du gouvernement de Shawn Graham aux mains des conservateurs de David Alward.

Le directeur général du Parti libéral, Léopold Mallet, a indiqué que le congrès à la direction se tiendra les 26 et 27 octobre à Moncton.

Les candidatures sont acceptées jusqu’au 31 mai moyennant un dépôt de 20 000 $, entre autres exigences.

L’élection du prochain ou de la prochaine chef libéral (e) se fera au suffrage universel des membres du parti. 

M. Mallet dit que plusieurs options seront à la disposition des membres qui ne pourront pas se rendre sur le parquet du congrès.

Il sera possible de voter par Internet, par la poste ou grâce à des boîtes de scrutin mobiles. 

Pour avoir le droit de voter lors du congrès, il faudra être membre en règle du Parti libéral en date du 26 septembre.

Voici le reportage radio du journaliste Philippe Murat:
[AUDIO]

Plus de détails à venir