Drogue: pris en flagrant délit… deux fois plutôt qu’une

CAMPBELLTON – Rod Labillois, de la Première Nation d’Eel River Bar, devra purger les 10 prochains mois en prison pour trafic de stupéfiants.

En septembre 2011, la Gendarmerie royale du Canada a été avisée d’un va-et-vient suspect de véhicules à la résidence de l’accusé. Des procédures de surveillance ont donc été mises en place et ont permis de constater qu’il y avait effectivement une circulation élevée et irrégulière chez M. Labillois.

Le 12 septembre 2011, une perquisition à la résidence a permis aux policiers de confirmer qu’il s’y produisait bel et bien un trafic de stupéfiants. Ils ont mis la main sur 48,5 g de marijuana.

À la suite d’un premier passage en cour de M. Labillois dans cette affaire, il a été relâché en attendant la suite des procédures judiciaires.

Peu de temps après, de nouvelles informations ont été communiquées à la GRC laissant croire que ce dernier avait repris le trafic de stupéfiants durant sa période de probation.

Une nouvelle perquisition survenue chez lui le 23 février a permis la découverte de 85 g de marijuana et de 48 g de haschisch.

De nouveau en cour, l’homme âgé de 62 ans a reconnu sa culpabilité à deux accusations de possession de drogues dans le but d’en faire le trafic et à une accusation de bris de probation.

Lundi, il était de retour en cour pour y connaître sa sentence. Le rapport présentenciel a fait valoir que l’accusé avait une influence positive auprès des jeunes de sa communauté, notamment en leur enseignant les traditions et le patrimoine de son peuple. La défense a également soutenu que son client souffrait de nombreux et sévères problèmes de santé.

Lors du dépôt de la sentence, le juge Pierre Dubé a pris bonne note de ces faits, émettant toutefois certaines réserves.

«D’une part, vous êtes un exemple pour votre communauté, mais, d’un autre côté, vous lui faites énormément de tort en vendant de la drogue», a-t-il indiqué, soulevant d’un même trait de sérieux doutes sur les risques futurs de récidive de l’accusé.

Le juge a accepté l’offre conjointe de la Couronne et de la défense, soit un total de 11 mois de détention ferme moins le mois déjà purgé depuis sa dernière arrestation.