Les étudiants de l’U de M descendront dans la rue

MONCTON – Les étudiants de l’Université de Moncton prendront d’assaut l’avenue Université mercredi midi afin de manifester leur désarroi devant «l’absence complète des universités» dans le récent budget provincial.

Le deuxième budget du ministre Blaine Higgs est loin d’avoir enchanté la Fédération des étudiants et des étudiantes du Centre universitaire de Moncton (FÉÉCUM).

Le discours sur le budget prononcé mardi sans une allusion aux universités et aux étudiants a été reçu amèrement par la fédération. Les détails obtenus après coup auprès de fonctionnaires du ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail n’ont rien fait pour améliorer la situation.

«Le gouvernement de David Alward n’a pas mis la priorité sur les étudiants. Il semble vouloir bloquer l’accès à l’université, alors nous allons bloquer l’avenue Université en guise de symbole», annonce la nouvelle présidente de la fédération, Joëlle Martin.

Selon des informations qu’a pu confirmer le journal auprès du ministère, Fredericton entend augmenter d’un peu moins de 2 % son financement aux universités, laissant aux établissements d’éducation postsecondaire un manque à gagner évalué à 175 $ par étudiants.

La balance sera inévitablement refilée aux étudiants, appréhende Mme Martin.

«Nous sommes vraiment frustrés du fait que nous n’ayons pas plus d’information sur ce qui s’en vient. Nous sommes encore plus dans l’ombre que nous l’étions avant le budget», constate-t-elle.

Les automobilistes qui pensaient emprunter l’avenue Université demain, de 12 h à 13 h, devront faire  un détour sur le campus tandis que les étudiants se rallieront sur l’importante artère à la hauteur de la Bibliothèque Champlain.

Près de 200 étudiants avaient confirmé leur présence à la manifestation grâce au réseau social Facebook moins de 12 h après que l’invitation a été lancée. La fédération étudiante attend au moins 300 des siens pour «passer un message à M. Alward et M. Higgs».

Le Service de sécurité de l’Université de Moncton supervisera la manifestation.

Joëlle Martin ne craint pas d’aliéner la population qu’elle espère plutôt sensibiliser à la cause étudiante.

«Nous ne voulons choquer personne. Nous voulons seulement faire comprendre au gouvernement qu’il a ignoré les étudiants dans son budget et que c’est inacceptable», dit-elle.

«Au cours des deux dernières années, nous avons beaucoup écouté ce que le gouvernement avait à nous dire. Nous leur avons proposé des changements comme il nous l’avait demandé, mais au budget, l’éducation postsecondaire a été complètement ignorée», réitère Mme Martin.

Selon elle, le ministère de l’Éducation postsecondaire réserve d’autres surprises aux étudiants, mais aucun changement réel.

«C’est à la sortie du budget du ministère que nous aurons les détails par rapport aux changements qui ont été apportés. La ministre (Martine Coulombe) nous a dit qu’il allait y avoir de bonnes choses pour les étudiants, mais qu’il allait aussi y avoir de moins bonnes choses.»

«Tout ce que nous savons, c’est que le gouvernement n’a pas écouté nos recommandations principales», déplore Mme Martin.

La FÉÉCUM avait notamment proposé l’élimination de certains programmes afin d’investir davantage dans ceux jugés plus efficaces pour les étudiants.

L’Université de Moncton et le ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail n’ont pas souhaité commenter les intentions de la fédération étudiante. – MRC