Après 41 ans à la mairie, Raymond Lagacé tire sa révérence

ATHOLVILLE – Véritable monument de la politique municipale néo-brunswickoise – et même canadienne -, l’actuel maire d’Atholville, Raymond Lagacé, confirme qu’il n’a pas l’intention de briguer un autre mandat lors de la prochaine élection. 

Il mettra donc un terme à 43 ans de vie politique municipale, dont un impressionnant 41 ans à titre de maire.

M. Lagacé s’est d’abord présenté au poste de conseiller en 1969, avant de tenter sa chance à la mairie en 1971, poste qu’il a conservé depuis sans trop de difficulté… et même la majorité du temps sans opposition. À l’approche de ses 74 ans, ce dernier croit qu’il est maintenant temps de tourner la page.

«Il vient un temps où il faut faire place au changement et, surtout, penser à soi», explique le principal intéressé. Après autant d’années à servir sa communauté, il désire maintenant consacrer un peu plus de temps de temps à sa famille. «Je veux jouir un peu de la vie. J’ai deux enfants qui demeurent à l’extérieur de la province et j’aimerais bien pouvoir aller les visiter plus souvent pendant que ma santé me le permet encore. À ce moment-ci de ma vie, la famille passe avant tout», dit-il.

Il admet par contre que tourner la page ne sera pas facile.

«Pour moi, ce fut un privilège de servir mes citoyens pendant autant d’années et je les remercie pour leur confiance. J’ai toujours aimé la politique municipale et j’aime toujours ça. C’est intéressant, mais aussi très exigeant», souligne-t-il, avouant cependant qu’il n’avait pas le goût de s’aventurer dans la mise en œuvre de la réforme municipale dictée par le gouvernement Alward (notamment la création des commissions de services régionales).

«Ça s’en vient vite et on n’a pas encore beaucoup de détails. Ça ne me tente pas du tout de m’embarquer là-dedans. D’autres plus jeunes auront certainement plus d’énergie que moi pour mener à bien ce dossier», exprime-t-il.

Farouche opposant aux fusions municipales durant tout son mandat, M. Lagacé cède sa place avec le sentiment du devoir accompli. Lors de son passage en politique, l’assiette fiscale de sa municipalité aura passé de 4 millions $ à plus de 155 millions $, notamment en raison des nombreux développements commerciaux et de son parc industriel. «Je suis content de nos réalisations, mais en regardant en arrière, je me dis que nous aurions peut-être pu en faire encore davantage, être encore plus agressifs. Si nous regardons tous les jeunes que nous avons perdus dans la région au cours des années – et je suis bien placé pour en parler, car deux des miens vivent désormais dans d’autres provinces – nous sommes forcés de constater que nous aurions dû oser davantage», exprime-t-il.

Ce qu’il souhaite à ses successeurs? «Tout d’abord que l’usine AV Cell continue de fonctionner encore longtemps, c’est un moteur économique très important pour notre communauté. Je souhaite également que plusieurs petites PME viennent s’implanter sur notre territoire, car pour être solides, il nous faut une économie solide.

Fait à noter: s’il est le maire ayant le plus d’années de service au Nouveau-Brunswick, M. Lagacé est toutefois devancé de deux ans par un confrère ontarien, Bill Thake. M. Thake est à la barre de la municipalité de Westport, située dans l’Est ontarien.