Des allégations d’ingérence contre Paul Robichaud

FREDERICTON – Le chef de l’opposition, Victor Boudreau, demande que le vice-premier ministre, Paul Robichaud, quitte temporairement ses fonctions en attendant le résultat d’une enquête de la GRC. M. Boudreau a remis aux médias une lettre de la Gendarmerie royale du Canada qui confirme qu’un enquêteur sera affecté pour examiner de façon plus approfondie des allégations portées contre M. Robichaud.

Les allégations portées à l’endroit de M. Robichaud indiquent qu’il serait intervenu pour tenter d’empêcher que des accusations soient portées contre son frère en vertu de la Loi sur l’aquaculture. 

Cependant, il faut noter qu’aucune accusation formelle n’a été portée et que rien de tout cela n’a été prouvé devant un tribunal.

Paul Robichaud bénéficie de la présomption d’innocence, comme tout autre citoyen qui se trouverait dans une situation similaire.

La porte-parole de la GRC au Nouveau-Brunswick, la constable Chantal Farrah, a simplement fait savoir que le dossier suivait son cours normal.

«Nous sommes en train d’examiner l’information que nous avons reçue et nous ne pouvons faire aucun autre commentaire pour le moment», nous a-t-elle dit par courriel.

Cela n’a pas empêché le chef de l’opposition de faire cette déclaration lors de la période de questions.

«Le vice-premier ministre s’est mêlé d’une poursuite judiciaire impliquant son frère, ce sont là les allégations, M. le président. Lorsque nous avons reçu ces allégations-là, nous avons cru bon de les partager avec la GRC. Et la GRC vient de nous informer aujourd’hui qu’elle a cru bon d’en faire une investigation criminelle.»

Le procureur de la Couronne Paul Veniot a confirmé à La Presse Canadienne qu’un dénommé Donat Robichaud a été accusé d’avoir pratiqué l’aquaculture ailleurs que sur un site permis. Les tribunaux entendront la cause le 9 mai.

Paul Robichaud a un frère qui se prénomme Donat, mais personne ne pouvait confirmer jeudi que la personne accusée est bien son frère.

Vers la fin de février, Victor Boudreau, chef libéral par intérim et député de Shediac-Cap-Pelé, avait reçu à son bureau de circonscription une lettre anonyme dans laquelle sont contenues les allégations à l’endroit de Paul Robichaud.

Après avoir consulté son caucus, M. Boudreau a jugé qu’il se devait de transmettre la lettre en question à la GRC.

Mardi, il a reçu une réponse des autorités policières lui indiquant que des recherches préliminaires avaient été effectuées et qu’un enquêteur serait bientôt affecté au dossier.