Lisa LeBlanc: «C’est une belle folie»

NDLR: De ses premiers spectacles dans les bars, en passant par son triomphe au Festival de musique de Granby et des tournées intimistes qui ont suivi, Lisa LeBlanc, de Rosaireville, près de Rogersville, est devenue une artiste à part entière, et singulière, avec son langage cru et son attitude un peu tomboy. Elle écrit des chansons sans artifice – et sans compromis – avec des refrains coup de poing qui visent le coeur et l’âme. Il y a une semaine à peine, elle lançait son premier album, à Montréal. Le succès critique et populaire a été immédiat. C’est le coup de foudre au Québec, comme en Acadie. Elle cotôie les plus grandes stars de la planète sur les palmarès de vente d’albums au pays. Elle est partout, on l’entend partout. L’ouragan Lisa LeBlanc déferle. Attachez vos tuques!

MONTRÉAL – Depuis le lancement de son premier album, le tourbillon médiatique s’est emparé de Lisa LeBlanc. Les pieds sur terre, la jeune Néo-Brunswickoise savoure ce moment.

Après avoir discuté quelques minutes avec Lisa, on peut aisément dire que l’Acadienne n’a pas pris la grosse tête…

«Je n’aime pas le luxe et les divas. J’aime la simplicité.»
Disponible, souriante et très modeste, la chanteuse qui surfe actuellement sur le haut de la vague québécoise reste bien la fille de Rosaireville, même si elle habite Montréal depuis un an.

«Je retournerai un jour au Nouveau-Brunswick, mais pas maintenant», explique-t-elle. «Je suis partie pour les bonnes raisons.»

Et pour cause, Lisa (et sa folk-trash) voit sa carrière décoller depuis la semaine dernière. Grâce, entre autres, au succès de la chanson Ma vie c’est d’la marde, son album éponyme est demeuré plusieurs jours en tête du palmarès des titres téléchargés sur iTunes, au Québec comme au Canada, devant de grosses pointures internationales comme Adele, Madonna, Lionel Ritchie, The Black Keys et One Direction.

Mercredi après-midi, son album se situait en troisième position des meilleures ventes au pays, derrière Nicki Minaj et Of Monsters and Men. Mais il trônait toujours en première position au Québec, devant Star Académie 2012 s’il vous plaît.

Bonsound, l’étiquette de disque de l’auteure-compositrice, n’a pas de chiffres précis sur les ventes, mais se dit très satisfait des résultats.

Sur YouTube, la vidéo de la pièce Ma vie c’est d’la marde a été visionnée 143 000 fois. Et mercredi, pour le lancement de son album, 450 personnes se sont entassées dans le chic cabaret Le Lion d’or, à Montréal, alors que des dizaines d’autres ont dû retrousser chemin faute d’espace.

Des critiques, parmi les plus respectés, la comparent déjà à une jeune Diane Dufresne et même à Janis Joplin à ses débuts.
Lisa LeBlanc ne s’attendait pas du tout à un tel succès.

«J’en ai rêvé. J’y croyais au fond de moi, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi vite et aussi fort!»

Point culminant de cette «belle folie» qui s’empare d’elle, la jeune femme âgée seulement de 21 ans a enregistré dès le lendemain de la sortie de son album l’émission Tout le monde en parle, qui a été regardée par 1,7 million de personnes.

«J’ai fait beaucoup d’entrevues depuis un an, mais là c’était immense! Pour ne pas trop stresser, je me suis dit que j’avais déjà répondu aux mêmes questions à de nombreux journalistes avant cela.»

Reste à savoir si ce succès va durer ou non.

«Je m’en fiche pour le moment, affirme-t-elle. Je n’ai pas le temps d’y penser de toute façon. Ma carrière se déroule super bien. Je veux seulement profiter de ma nouvelle vie.»

Une vie qui n’est finalement pas si nulle que ça…