Les agriculteurs du N.-B. exigent de meilleures subventions

FREDERICTON – Un tout jeune pommier a été planté, mercredi matin, sur le parterre du Palais législatif par le président de l’Union nationale des fermiers au Nouveau-Brunswick, Jean-Eudes Chiasson. 

M. Chiasson a accompli ce geste dans le but de sensibiliser les politiciens à la nécessité de promouvoir la consommation de produits agricoles locaux au Nouveau-Brunswick et de soutenir financièrement les producteurs de la province. 

Il croit qu’à notre époque, le gouvernement provincial devrait encourager davantage la production agricole locale afin de ne pas avoir à importer des denrées qui peuvent être produites dans la province.

«La fin du pétrole arrive, il faut faire des changements et ces changements-là doivent être une agriculture locale pour les gens d’ici. Partout sur la planète les gens le demandent. Pourquoi ici au Nouveau-Brunswick met-on (le gouvernement) à peine 200 000 $ par année dans l’industrie agricole, dans les productions agricoles pour les gens du Nouveau-Brunswick?»

Le chapitre néo-brunswickois de l’Union nationale des fermiers croit que l’agriculture n’est pas suffisamment subventionnée dans la province, alors qu’elle se trouve en concurrence avec des producteurs d’autres provinces qui eux ont accès à de l’aide gouvernementale plus généreuse.   

«On ne peut pas avoir une agriculture qui va être florissante sans les subventions. C’est impossible!», a insisté Jean-Eudes Chiasson.

Il a aussi tenu à souligner que l’activité agricole a déjà été beaucoup plus importante qu’elle ne l’est aujourd’hui.

«On peut faire beaucoup plus que ce qu’on fait (en ce moment). Le Nouveau-Brunswick a déjà eu trois millions d’acres en culture, on en a maintenant seulement un million et probablement beaucoup moins que ça si on regardait les dernières statistiques», a-t-il déploré.

Par pur hasard, M. Chiasson a planté son pommier alors que le ministre de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches, Mike Olscamp, expliquait au Comité permanent des prévisions budgétaires comment son ministère va employer l’argent qui lui a été alloué dans le budget 2012-2013.