La libération conditionnelle du tueur d’un policier est refusée

DORCHESTER – Un Américain qui a écopé d’une peine d’emprisonnement de 25 ans pour avoir tué un policier néo-brunswickois en 1987 restera en prison. Sa demande de libération conditionnelle a été rejetée jeudi.

En 1988, Anthony Romeo, de New York, a admis en cour avoir abattu le constable Emmanuel Aucoin le 8 mars 1987. Il avait plaidé l’aliénation mentale.

M. Romeo, qui est maintenant âgé de 48 ans, avait affirmé à un psychiatre qu’il croyait être suivi par un monstre qui a tué un jeune homme. Il croyait que le policier âgé de 31 ans était le monstre en question.

L’accusé avait été trouvé coupable et condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. Le verdict avait été maintenu lors d’un appel et d’un deuxième procès.