Folies du palais: une recette qui gagne en popularité

SAINT-QUENTIN – Le festival agroalimentaire les Folies du palais, présenté en fin de semaine à Saint-Quentin, a atteint son objectif, si bien que ses organisateurs anticipent déjà sa troisième édition.

Les Folies du palais sont loin d’être une folie passagère!

C’est du moins le constat du président de la Chambre de commerce de Saint-Quentin, Marc Beaulieu, qui prédit un bel avenir pour ce jeune festival qui célèbre l’agroalimentaire restigouchois.

«Cette année, on a largement dépassé nos objectifs», a-t-il confié à la clôture de l’événement dimanche.

«L’an dernier, notre festival était complètement nouveau. On ne savait pas trop à quoi s’attendre. Pour la deuxième édition, on s’est donc fié un peu aux résultats précédents en y ajoutant un objectif additionnel qu’on estimait raisonnable. Et finalement, ce nombre fut dépassé pratiquement à chacune des activités. En fait, si on regarde l’ensemble, on a plus que doublé l’achalandage de l’an dernier ce qui, à nos yeux, est une énorme réussite», poursuit-il.

Achalandage

Les deux soirées de dégustation de produits alcoolisés ont particulièrement eu la cote auprès de la clientèle.

«À la première (bières du monde), on a doublé l’assistance de l’édition précédente. Lors de la seconde dégustation (vins), nous avons manqué de certains vins. La réponse de la population a été incroyable», poursuit M. Beaulieu.

Plus d’exposants

Présentée par la Chambre de commerce de Saint-Quentin, cette foire agroalimentaire est composée de nombreux kiosques portant sur ce thème. Sirop d’érable, vin, sushis… Les participants ont pu en apprendre davantage sur plusieurs sujets en plus, bien entendu, de goûter à plusieurs spécialités. L’événement proposait également différentes conférences, ateliers culinaires et sessions de dégustation.

«Nous avons eu un total de 25 exposants, soit 10 de plus que l’an dernier. On constate donc qu’il y a un réel intérêt chez eux, qu’ils voient le potentiel de notre foire. L’an prochain, on vise d’augmenter encore d’une autre dizaine d’exposants et même, pourquoi pas, atteindre la quarantaine. Cela dit, c’est vrai qu’il y aurait pu y avoir plus d’assistance au niveau du salon des exposants, mais le festival est encore très jeune», note M. Beaulieu.

De retour l’an prochain

Cette activité avait été confirmée pour un minimum de deux ans. À la lumière du succès de cette édition, il semble clair que son avenir semble prometteur.

«Ça revient l’an prochain, c’est définitif, car on est vraiment content du résultat. On ne s’attendait pas à un tel succès aussi rapidement, en seulement deux éditions. Je crois que ce n’est qu’un début. Plus ça va aller, plus les gens vont s’habituer au concept et vont se l’approprier. Il faut voir à plus long terme, comme 10 ans par exemple. Comme n’importe quelle entreprise, ça prend un peu de temps à s’établir, mais je crois qu’on a vraiment ici un produit gagnant, unique en son genre dans la région et dans lequel ça mérite d’investir», souligne M. Beaulieu.