Agressions sexuelles: 26 mois à l’ombre pour Armand Soucy

EDMUNDSTON – Un sexagénaire de Lac-Baker, Armand Soucy, a écopé d’une peine de 26 mois dans une prison fédérale. En février, il a été reconnu coupable de trois accusations d’attouchements et d’agressions sexuelles.

Les gestes reprochés à Armand Soucy, 66 ans, se sont produits de 2006 à 2008. Sa victime était une adolescente dont l’identité ne peut être dévoilée. Elle a décidé de porter plainte en 2009. Lors du procès, elle a affirmé que l’homme l’a agressée à au moins une vingtaine de reprises durant cette période.

Selon sa version des faits, le sexagénaire lui a fait des attouchements sur différentes parties de son corps, qui allaient toujours en s’aggravant, en plus de la forcer à mettre sa main sur son pénis. Au terme de son procès, en février, la juge Brigitte Sivret l’a reconnu coupable des accusations qui pesaient contre lui.

Armand Soucy a des antécédents criminels de même nature découlant d’attouchements commis sur sa fille à la fin des années 1980. À ce moment, il habitait à Montréal. Dans ce dossier, il a écopé d’un sursis de sentence.

«Cette jeune fille en garde des séquelles très importantes, tout cela à cause de l’égoïsme d’un individu qui a obtenu de la gratification sexuelle durant quelques secondes. M. Soucy aurait dû apprendre de ses gestes commis en 1988, mais il n’a pas semblé en tirer une leçon», a dit le procureur de la Couronne, Me Pierre Roussel.

La juge Sivret a imposé une peine supérieure à celle réclamée par la Couronne.

Fait à souligner, dans le rapport prédécisionnel, l’individu a indiqué qu’il préférait une sentence en milieu carcéral à une peine à servir dans la communauté à partir de sa résidence.

La famille n’a pas voulu émettre de commentaire au journal, à sa sortie de la Cour provinciale, mardi, à Edmundston.