Yvon Lapierre de retour à la mairie de Dieppe

DIEPPE – Yvon Lapierre a remporté son pari. Après avoir quitté la mairie en 2005, pour des raisons professionnelles, les citoyens de la cité acadienne l’ont de nouveau élu à titre de premier magistrat de la Ville de Dieppe.

L’atmosphère était à la fête, vers 21 h lundi, dans le bureau de campagne de M. Lapierre, symboliquement situé en face de l’hôtel de ville, sur la rue Champlain. Celui qui succède au maire sortant, Jean LeBlanc, songe déjà à son premier souffle dans le fauteuil du premier dirigeant de la cité acadienne.

«Je vais prendre un grand respire parce que c’est quand même une grande fierté de pouvoir m’asseoir dans le siège de l’hôtel de ville qu’on a bâti, avec mes administrations précédentes. Moi, je suis là pour bâtir et pour rassembler les gens. C’est ça qui est important», a confié à l’Acadie Nouvelle le nouvel élu.

M. Lapierre affrontait deux autres candidats à la mairie de Dieppe, le conseiller sortant, Dave Maltais, et la conseillère sortante, Hélène Boudreau. M. Lapierre avait obtenu, au moment de mettre sous presse, 4005 voix contre 3438 pour Mme Boudreau et 1342 pour M. Maltais.

«Les résultats sont un peu plus serrés de ce à quoi on s’attendait. Par contre, le dommage qui a été fait avec le torchon (dépliant contenant de l’information négative à l’endroit de M. Lapierre) qui a été envoyé dans les domiciles de la municipalité a causé certainement une fuite de votes, ce qui a joué en faveur de la candidate Boudreau qui a mené une très belle campagne», a avancé M. Lapierre.

Une fois officiellement en poste, le premier objectif de M. Lapierre sera de passer en examen le budget de la municipalité ainsi que la situation financière complète. Quoique le nouveau maire croie qu’il trouvera la cité en très bonne condition financière, il soutient qu’il faudra analyser la situation de très près.

«Le seul reproche que je peux faire au conseil précédent est d’avoir augmenté les dépenses opérationnelles, ce qui crée une impression qu’on a réduit la dette. Or, la dette n’a pas été réduite. La dette n’a pas changé et son paiement est toujours le même depuis au moins les derniers cinq ans, entre 7 et 8 millions $», a avancé M. Lapierre ajoutant que les dépenses opérationnelles ont augmenté de 38 %.

Les premiers projets auxquels le premier magistrat voudra s’attaquer concernent l’infrastructure routière de la municipalité, et ce, surtout en ce qui a trait aux rues Champlain et Acadie. Il veut également mesurer l’impact de la restauration de la rivière Petitcodiac sur cette infrastructure. Avec son nouveau conseil, il s’attardera aussi à mettre en place une vision à long terme.

En ce qui concerne l’arrêté qui réglemente l’affichage commercial à Dieppe obligeant les commerçants et annonceurs à afficher dans les deux langues officielles, actuellement contesté en Cour provinciale par deux grandes entreprises d’affichage extérieur, M. Lapierre soutient vouloir aller jusqu’au bout.

«Le conseil a pris des décisions qui selon moi sont les bonnes. S’il faut se rendre jusqu’à la Cour suprême, on y sera», a-t-il précisé.

M. Lapierre a fait son entrée à la mairie de Dieppe en 1998. Il a été réélu en 2001 puis en 2004. En 2005, il laissa son fauteuil vacant afin de poursuivre des objectifs professionnels à Montréal. Il a cependant toujours affirmé résider dans la cité acadienne depuis 1977.

Ancien gendarme au sein de la GRC, il est marié à Betty et il est père de trois filles, Belinda, Marie-Claire et Stéphanie.

Le candidat à la mairie de Dieppe, Dave Maltais, digère mal les résultats du scrutin de lundi soir qui le placent bon troisième.

«Je suis déçu des résultats, je ne le cacherai pas, mais il faut tout de même respecter la décision du peuple», a confié à l’Acadie Nouvelle le candidat défait à la mairie de Dieppe.

Il croit, malgré tout, avoir mené une bonne campagne en étant intègre et aidé d’une bonne équipe. Par contre, pour celui qui est conseiller sortant pour le quartier 1, la politique, c’est fini.

«C’était quand même une campagne à l’américaine et je ne pense pas avoir ma place dans ce genre de campagne. C’est fait et il faut accepter les résultats», a déclaré M. Maltais qui a affirmé ne pas vouloir se représenter.

Hélène Boudreau sollicitait aussi le siège de premier magistrat de la cité acadienne. Elle a joué du coude à coude avec M. Lapierre menant une lutte très serrée. Elle a bien failli devenir la première femme à être à la tête de la municipalité avec un peu plus de 560 votes (non officiel) avec le meneur.

Mme Boudreau n’a pas voulu commenter les résultats préférant attendre le bilan officiel.