Le retour des belles années touristiques à Kouchibouguac?

KOUCHIBOUGUAC – Si la longue fin de semaine de mai est représentative de la prochaine saison touristique, le Parc national Kouchi­bouguac pourrait connaître un été du tonnerre.

Samedi, 205 des 311 sites de South Kouchibouguac, principal terrain de camping de ce parc national, étaient loués. L’an dernier, à la même date, il y avait eu 140 réservations.

«Cette fin de semaine a été exceptionnellement occupée. Ça nous a fait rappeler le début des années 1990 alors que le Parc national Kouchibouguac était très fréquenté», a commenté la gestionnaire des relations externes du parc, Géraldine Arsenault.

En fin de semaine, les terrains de camping du parc ont été envahis surtout par des visiteurs du sud-est du Nouveau-Brunswick, du comté de Kent et de la Péninsule acadienne.

«Il y avait beaucoup de personnes sur les sentiers de vélo. Plusieurs en ont profité pour se rendre à la plage Kelly et certains braves ont même sauté à l’eau», a raconté Mme Arsenault.

Des randonneurs, qui ont fait part de leurs commentaires à notre journaliste, se sont aperçus que les sentiers du Marais Salé et des Cèdres n’étaient pas accessibles. La direction du parc assure toutefois que cela n’a rien à voir avec les récentes compressions budgétaires effectuées par le gouvernement de Stephen Harper.

«Ces sentiers sont fermés en raison des dommages causés par des ondes de tempêtes au cours des dernières années. Nous réévaluons la nécessité de maintenir ces sentiers puisqu’ils sont dans une zone très vulnérable aux tempêtes», a indiqué Mme Arsenault.

La sécurité demeure la priorité des autorités, dit-il.

«Ces sentiers seront seulement ouverts s’ils peuvent être réparés et maintenus de façon sécuritaire», a précisé la gestionnaire des relations externes.

Par ailleurs, il n’y a pas de nouveaux développement dans ce dossier des pertes d’emplois chez Parcs Canada, qui ont touché plusieurs anciens expropriés.

«Parcs Canada s’est engagé à minimiser autant que possible les répercussions sur son équipe et nous explorons différentes options en consultation avec le syndicat», a mentionné Mme Arsenault.