Moncton: la construction de deux écoles francophones débutera sous peu

MONCTON – La construction de deux nouvelles écoles francophones attendues depuis plusieurs années débutera dans les prochaines semaines, à Moncton.

Le début de la construction d’une nouvelle école primaire francophone dans le secteur nord de Moncton a été annoncé pour la première fois par le ministre libéral de l’Éducation, Roland Haché, en août 2010.

En septembre 2012, 650 élèves de la maternelle à la 8e année devaient y faire leur entrée, après plus de quatre ans d’attente de la part des parents et des responsables du District scolaire 1 (DS 1).

Une élection et un changement de gouvernement plus tard, la construction de l’école de Moncton-Nord doit finalement commencer au cours des prochaines semaines en vue de la rentrée 2013.

«Nous connaîtrons dans les prochains jours l’entrepreneur à qui le contrat a été accordé et les travaux devraient commencer dès que possible. Je prévois que dans deux à trois semaines nous pourrons voir du mouvement sur le terrain», confie le directeur des services financiers et administratifs du DS 1, Luc Lajoie.

Le début des travaux sur le site de la rue Ryan, à l’intersection de la route Horseman, sera suivi de près par l’édification d’une autre infrastructure attendue de longue date par les parents francophones de Moncton: la nouvelle école Sainte-Bernadette.

L’établissement aux nombreuses classes mobiles est l’une des priorités du district scolaire depuis 2009.

La superficie du terrain de l’école construite en 1953 permettra d’ériger le nouvel édifice sans interrompre les classes. «Quand la nouvelle sera prête, nous allons démolir l’ancienne», a précisé M. Lajoie.

La nouvelle école Sainte-Berna­dette, dont l’ouverture est également prévue en septembre 2013, pourra accueillir 258 élèves de la maternelle à la 5e année dans des locaux d’une superficie d’environ 4500 mètres carrés. En ce moment, 202 élèves fréquentent l’école Sainte-Bernadette et ses nombreuses classes mobiles.

L’école de Moncton-Nord aura quant à elle approximativement 10 000 mètres carrés pour être capable d’héberger 650 élèves de la maternelle à la 8e année ainsi que leurs enseignants et le personnel de soutien. Une partie de sa clientèle proviendra des écoles Saint-Henri, Champlain et le Mascaret. L’école ne sera pas remplie dès son ouverture, mais cela pourrait changer assez rapidement.

«Dans la planification stratégique du Conseil d’éducation de district, nous avons déjà fait valoir au gouvernement qu’une nouvelle école de la 6e à la 8e année sera nécessaire dans la région de Moncton dans les quatre ou cinq prochaines années», a avancé Luc Lajoie.

Les deux filles d’Isabelle LeBlanc doivent fréquenter la nouvelle école de Moncton-Nord. Mme LeBlanc fait partie du comité de parents qui ont travaillé avec le gouvernement, les députés locaux et le district scolaire afin de finalement réaliser ce projet.

«Il était absolument temps que l’on songe à construire une école à Moncton-Nord. Ça fait des années que les écoles francophones de Moncton sont surpeuplées et la situation ne s’améliore pas. L’école de Moncton-Nord arrive vraiment à point», a-t-elle témoigné.

Après plusieurs annonces au sujet de la nouvelle école, Mme LeBlanc hésite tout de même un peu avant de célébrer.

«Tout semble indiquer que le dossier progresse très bien. Nous trouvons cela de bon augure. Ça fait quand même plusieurs années que nous travaillons pour faire avancer ce dossier. Nous avons bien hâte de voir les grosses pelles mécaniques sur le terrain parce que d’ici là on ne sait jamais ce qui peut arriver. Nous y croirons vraiment quand nous verrons l’ouverture de l’école», a dit Isabelle LeBlanc.

Une école à la recherche d’une identité

L’école du nord de Moncton a besoin d’un nom. Le District scolaire 1 est à la recherche de suggestions de la part des élèves et de leurs parents ainsi que du public pour nommer cette nouvelle école primaire francophone.

Le nom choisi pourra découler autant du concret (nom d’une personne, d’un site) que de l’abstrait (amalgamation de syllabes par exemple). Il pourrait entre autres être inspiré d’un personnage historique ou de la francophonie. Toute suggestion de nom devra être accompagnée d’un court paragraphe faisant état des raisons qui ont motivé la suggestion.

Les suggestions devront être envoyées au bureau du District scolaire 1 (jeanelle.theriault@gnb.ca) au plus tard le 31 mai 2012.