Grand-Pré fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO

DIEPPE – Le paysage de Grand-Pré rejoint la grande muraille de Chine, la statue de la Liberté et les pyramides d’Égypte dans le groupe restreint des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le comité du patrimoine mondial de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a rendu sa décision samedi à partir de Saint-Pétersbourg, en Russie.

L’organisation et ses 189 états membres ont acquiescé à la demande de la Société nationale de l’Acadie et de ses partenaires de faire passer le site de Grand-Pré, en Nouvelle-Écosse, au statut de site du patrimoine mondial.

C’est à Grand-Pré, en bordure de la baie de Fundy, qu’a débuté la Déportation des Acadiens en 1755.

«Tous les Acadiennes et Aca-diens ont de quoi être fiers au-jourd’hui. Par cette désignation, c’est plus d’une centaine de pays à travers le monde qui unissent leurs voix pour dire au peuple acadien qu’il a eu et qu’il continue d’avoir une énorme contribution au patrimoine mondial», a déclaré le président de la SNA, René Légère.

«L’impact de cette décision est incommensurable pour l’Acadie puisqu’elle inscrit et confirme une fois de plus l’existence du peuple acadien au sein de la grande famille des peuples de la terre», a-t-il dit.

La préparation du dossier de
nomination de Grand-Pré à l’UNESCO a commencé en 2004. La SNA s’est jointe aux idéateurs du projet en 2007.

Le délégué de la SNA à Saint-Pétersbourg et coprésident du comité chargé de préparer le dossier de nomination, Gérald Boudreau, est d’avis que la décision est le «couronnement du cheminement de réconciliation paisible du peuple acadien envers son histoire à la fois remarquable et tragique.»

Fondé en 1682, Grand-Pré a non seulement été le théâtre de la déportation des Acadiens en 1755, mais aussi un établissement agricole protégé par un système de digues et d’aboiteaux bâtis par les Acadiens au XVIIe siècle.

La présence millénaire des Mi’kmaq et l’arrivée des Planters après le Grand dérangement font aussi partie des caractéristiques culturelles importantes de Grand-Pré.

Le lieu historique national du Canada de Grand-Pré géré par Parcs Canada représente à peine
2 % de la superficie du site reconnu dorénavant par l’UNESCO mesurant 1300 hectares. Grand-Pré devient le 16e site du patrimoine mondial au Canada. La zone qui vient tout juste de faire son entrée aux sites du patrimoine mondial inclut les municipalités de Grand-Pré et de Hortonville.

«Cette désignation reconnue à l’échelle de la planète établit que le Paysage de Grand-Pré est un lieu culturel ayant une valeur universelle exceptionnelle. Elle attirera non seulement les Néo-Écossais, les Acadiens et d’autres Canadiens et Canadiennes, mais également les visiteurs étrangers à la recherche d’expériences uniques», a estimé le ministre responsable de Parcs Canada, Peter Kent.

Une grande fête communautaire est prévue à Grand-Pré le 21 juillet dans le cadre de la rencontre annuelle des Journés acadiennes de Grand-Pré afin de célébrer son accession parmi les quelque 750 biens culturels du patrimoine mondial.