Neuvaine de la Sainte-Anne: les fidèles sont attendus à Caraquet

CARAQUET – La neuvaine de Sainte-Anne-du-Bocage prend son envol mardi. Du 17 au 26 juillet, quelques milliers de personnes seront sur le site du sanctuaire, à Caraquet, pour démontrer leur dévotion à sainte Anne, grand-mère de Jésus.

Cette année, les activités se dérouleront sous le thème «Écoutons Jésus nous dire: Je suis». Le prédicateur de la neuvaine sera Mgr Valéry Vienneau, récemment nommé archevêque de Moncton.

Les fidèles pourront aussi s’attendre à quelques nouveautés. La soirée du 25 juillet, tout juste avant la fête de la Sainte-Anne, aura lieu une procession aux flambeaux.

Durant cette procession, chaque personne présente aura en main une petite chandelle et fera soit le tour du chemin de la croix ou du Rosaire. Par la suite, les flambeaux seront exposés dans la chapelle toute la soirée et serviront à guider les fidèles ayant effectué le pèlerinage traditionnel d’Inkerman à Caraquet, précise le père David Ferguson, curé de l’unité pastorale Saint-Jean-Eudes et de la paroisse de Caraquet.

Les messes des 25 et 26 juillet seront aussi enregistrées par Radio-Canada et diffusées sur les ondes de la chaîne le 29 juillet et le 5 août, lors de l’émission Le jour du Seigneur.

C’est le 23 juillet que se tiendra la journée des aînés, qui permet aux résidants des foyers de soin de venir se recueillir spirituellement.

Après plus d’un siècle depuis la tenue de la première neuvaine, il n’est toujours pas rare de voir plusieurs centaines, même des milliers, de personnes à la fois sur le site, affirme Roberta Dugas, membre du comité du sanctuaire de Sainte-Anne-du-Bocage.

«Tout dépend de la température, normalement les gens sont très fidèles. Ce sont souvent les mêmes qui reviennent. Habituellement, c’est joliment plein, même si c’est sûr que les fins de semaine il y a plus de monde. Le jour de la Sainte-Anne, on peut voir des milliers de gens sur le site», dit Roberta Dugas.

Celle-ci est aussi une habituée de la neuvaine. Elle y participe depuis sa jeunesse.

«On est très près de la nature, on est sous les arbres avec les oiseaux et les écureuils. On dirait qu’on est plus prêt du ciel et qu’il n’y a pas de plafond. On devient plus pieux et connecté à la nature. La nature c’est quoi? C’est l’être suprême. Il y a une très grande dévotion à sainte Anne. Les gens viennent sur le site pour demander des faveurs ou la bonne santé. Sur le site, ils se sentent très près de Dieu. Il n’y a pas d’artifices», estime Roberta Dugas.

Malgré les nombreux scandales qui frappent à plein fouet l’Église catholique, même ici, au Nouveau-Brunswick, Roberta Dugas a l’impression que la neuvaine n’a rien à voir avec ces incidents.

«Je pense que la neuvaine est à l’abri de tout ça. Les gens viennent se recueillir, ils oublient le reste, ils viennent prier sainte Anne. Quant à moi, ça ne touche pas la neuvaine de la Sainte-Anne tous les scandales religieux», croit-elle.

L’horaire complet des activités de la neuvaine de la Sainte-Anne peut être consulté sur Internet (www.upstjeaneudes.com/pastorale/neuvaine.html).