La saison touristique dans Kent n’a pas été fameuse

SAINT-LOUIS-DE-KENT – Le soleil et la chaleur sont pourtant rendez-vous. Reste que la présente saison touristique dans la région Kent, qui achève, n’est pas fameuse.

Les journées ont déjà raccourci, le 15 août est derrière nous et les écoliers commencent à se préparer pour la rentrée scolaire. Bref, la saison touristique tire à sa fin et aucun record n’a été menacé.

«Il n’y a pas beaucoup de touristes dans la région. Les deux dernières semaines de juillet et la première d’août ont été bonnes, mais ce fut grâce à nos campeurs saisonniers et aux visiteurs locaux», a commenté la directrice générale du Village de Saint-Louis-de-Kent, Marie-Paul Robichaud, qui gère le parc Daigle.

Au Parc national Kouchibouguac, l’achalandage du terrain de camping a grimpé de 4,5 %. Le nombre de visiteurs a cependant dégringolé de 3,2 %.

«Nous avons pourtant connu des augmentations en mai et en juin. Il y a moins de gens qui roulent sur nos routes. Les gens ont changé leur façon de voyager. Ils prennent plutôt leurs vacances pour aller dans le sud en hiver», a signalé le gestionnaire «expérience du visiteur» de ce parc national, Michel Bujold.

Après un lent début estival, le Pays de la Sagouine a retrouvé sa vitesse de croisière, mais le dommage avait déjà été fait.

«La saison a commencé tard et nous sommes en mode rattrapage. Le tourisme, c’est un cycle et nous ne sommes pas dans les grosses années», a mentionné le directeur du marketing de cette entreprise, Jérôme Lussier.

Selon le président de l’Association touristique de la région Kent (ATRK), Jean-Charles Allain, la température a limité les dégâts.

«Depuis le 20 juillet, le beau temps a fait sortir les gens des grands centres comme Montréal, Québec, Ottawa et Toronto. Plusieurs ont fait des réservations de dernières minutes», a expliqué le président, qui a confiance que les tourismes européens seront nombreux à débarquer dans la région en septembre.

Le président de l’Association touristique de la région Kent compare la présente saison estivale à celle de 2011, qui avait été médiocre.

Isabel Gagné, de la Savonnerie Olivier, fait la même comparaison, tout comme la gérante de l’Éco-Centre Irving, Joanne Jaillet.

«Cette saison est très similaire à 2011. À la même date, nous avons 4000 visiteurs de moins cette année, mais en janvier 2011, nous avions eu beaucoup de visiteurs (environ 5000) qui étaient venus constater les dommages causés à la passerelle par Dame Nature», a expliqué Mme Jaillet.

Cette attraction, qui a déjà attiré 150 000 visiteurs dans un an, devrait en voir un peu plus de 100 000 cette saison.