Les nouveaux trottoirs ne font pas l’unanimité à Saint-Jacques

SAINT-JACQUES – La largeur des nouveaux trottoirs de la rue Principale, dans le quartier Saint-Jacques, à Edmundston, ne fait pas l’unanimité. Si la municipalité a voulu donner une nouvelle apparence esthétique à l’artère, certains estiment que la circulation en véhicule y sera plus difficile.

La réfection de la rue Principale, à Saint-Jacques, a commencé durant l’été 2011. Elle se poursuit cette année. Au total, ce sont près de 4 millions $ qui seront investis dans le cadre de cette cure de rajeunissement, en collaboration avec les paliers de gouvernement supérieurs. La contribution du fédéral provient notamment du retour de la taxe sur l’essence.

D’importants travaux ont été réalisés aux infrastructures souterraines. Des conduites d’aqueduc ont été remplacées et des réparations majeures ont été apportées aux égouts pluviaux et sanitaires. Il restera à compléter les trottoirs en pavé uni et à asphalter de nouveau la chaussée. Des arbres et du mobilier urbain viendront par la suite s’ajouter au décor.

Par contre, la largeur des nouveaux trottoirs fait jaser. Quelques citoyens ont déploré la situation à l’Acadie Nouvelle, mais personne n’a voulu s’exprimer publiquement sur la question.

Il sera dorénavant pratiquement impossible de garer des véhicules le long de la rue Principale, dont la chaussée sera maintenant rétrécie. Pour pallier la situation dans le secteur de l’église, la municipalité a fait l’acquisition d’un terrain pour procurer de l’espace additionnel de stationnement. Il y avait jusqu’à tout récemment une épicerie, qui a été démolie.

Sur ces trottoirs, étant donné que des arbres, des fleurs et de l’ameublement urbain y seront aménagés, la municipalité veut en quelque sorte créer un prolongement du Jardin botanique du Nouveau-Brunswick, situé à l’entrée du quartier. Un autre objectif est également de ralentir le trafic sur l’artère.

«On a aussi entendu des commentaires. La rue Principale aura une nouvelle apparence. Les changements, ça bouscule toujours les habitudes des gens. Actuellement, ils ne voient pas le produit fini. Nous avons bon espoir qu’ils seront satisfaits lorsque le tout sera complété. Ils étaient habitués à se stationner sur l’accotement, ce qui en principe est interdit. En raison de leur ampleur, les travaux ont été étalés sur deux ans, et leur durée a soulevé de la grogne», a mentionné le maire d’Edmundston, M. Cyrille Simard.

Selon lui, ces nouveaux trottoirs élargis procureront une sécurité additionnelle à leurs utilisateurs, notamment les enfants qui fréquentent ce secteur pour se rendre à l’école locale.