Un labyrinthe de maïs aux couleurs du «Boss» à Memramcook

MEMRAMCOOK – Le Verger Belliveau salue l’arrivée du «Boss» dans la région du Grand Moncton d’une façon très originale. Vu du ciel, on peut lire le surnom de Bruce Springsteen dans le nouveau labyrinthe de maïs du verger.

Le labyrinthe du Verger Belliveau, une première cette année, contient entre 20 000 et 25 000 épis de maïs sur deux acres et demi de terre. Il y a donc moyen de faire une bonne promenade si notre sens de l’orientation n’est pas bien affilé.

«Une personne qui est vraiment perdue et qui finirait par faire tous les sentiers, j’ai calculé qu’elle marcherait environ 3 km», a confié à l’Acadie Nouvelle le responsable du projet, Guy Gautreau.

L’auteur de ces lignes a parcouru ces sentiers du labyrinthe en compagnie de M. Gautreau. Le labyrinthe ouvre officiellement samedi. Quoique le défi apparaît assez simple à l’entrée du premier couloir, les choses se corsent au fur et à mesure qu’on s’enfonce dans le champ de maïs.

À l’aide d’une machette, M. Gautreau nettoie les sentiers tout en expliquant que ce projet s’inscrit dans une vision à long terme qui vise le développement de l’agrotourisme dans la Vallée de Memramcook.

«Ça s’enligne dans un désir de diversifier de plus en plus nos activités et nos opérations. À plus grande échelle, on tentera d’établir une division écologique dans la ferme au cours des prochaines années. À plus petite échelle, nous avons installé des supports à vélo. Nous avons aussi équipé notre café pour offrir de la nourriture. Le projet du labyrinthe vient ajouter à l’expérience agrotouristique des visiteurs. Ça permet aussi de prolonger notre saison», a souligné celui qui a supervisé le projet.

Des activités spéciales, qui restent encore à être précisées, seront organisées dans les couloirs de la nouvelle attraction du verger avec le Festival parlures d’icitte, qui se déroule en septembre, et à l’Halloween.

Continuant notre parcours dans le labyrinthe, Guy Gautreau souligne que les prix de l’entrée ont été fixés à 8 $ pour les adultes et 6 $ pour les enfants alors que ceux qui sont âgés de 5 ans et moins entrent gratuitement.

Après être forcé de faire un premier détour en raison d’un cul-de-sac, M. Gautreau explique que la saison des pommes bat son plein et que l’autocueillette devrait commencer le 14 septembre, et ce, malgré une saison estivale très sèche.

«Malgré le temps vraiment sec, les pommiers ont été capables d’aller chercher l’eau profondément dans le sol. Par contre, nous avons dû irriguer pour la première fois en 10 ans», a avancé M. Gautreau.

Un peu plus loin dans notre aventure, le labyrinthe, l’oeuvre de deux employés du verger qui y ont mis plusieurs heures de travail, nous frappe d’une autre impasse qui perturbe même son créateur, Guy Gautreau.

Pour en sortir, il aura fallu tricher et passer à travers une rangée de maïs. À l’ouverture, cependant, les gens pourront être aidés d’une carte si le besoin s’en fait sentir.