Une hockeyeuse des Aigles Bleues échappe à la mort

SHEDIAC CAPE – Une hockeyeuse des Aigles Bleues de l’Université de Moncton a évité de justesse une voiture qui a perdu le contrôle avant de frapper un poteau électrique et un arbre, le long de la route 134, à Shediac Cape, samedi après-midi.

Monika Cormier roulait en direction de Shediac à motocyclette lorsqu’elle s’est soudainement aperçue qu’un véhicule, venant en sens inverse, dérivait dans sa voie de circulation.

«Une voix m’a dit de freiner et d’arrêter. La voiture est passée où j’aurais dû être. Dix pieds de plus et je serais morte», a-t-elle raconté.
L’une des premières sur la scène, Monika Cormier a téléphoné au 911.

Des automobilistes se sont aussitôt arrêtés pour donner un coup de main.

Le véhicule, dans lequel se trouvaient trois adolescents, a été lourdement endommagé par l’impact.

«La voiture a pris en feu, mais avec des bouteilles d’eau, une Gatorade et même une canette de Coke, des personnes ont éteint la petite flamme», a expliqué la jeune femme.

L’employée du 911, qui discutait toujours avec Monika Cormier, a demandé aux éventuels héros de sortir les jeunes du véhicule.

«Au début, personne ne voulait toucher aux passagers, car ils étaient gravement blessés, mais il n’y a pas de fumée sans feu. Il fallait sortir ces jeunes de la voiture. Je pense qu’ils étaient six hommes, trois de chaque côté de la voiture, pour sortir les jeunes», a-t-elle fait savoir.

Ils ont réussi à sortir celui qui était assis en arrière, mais ont eu de la difficulté à retirer celui qui se trouvait dans le siège du passager.

Sa ceinture de sécurité a dû être coupée.

Les trois occupants ont finalement été libérés et ils ont été transportés non loin de la scène.

Malheureusement, le conducteur, Nicholas Roy, un jeune âgé de 18 ans de Grande-Digue, était déjà décédé.

«Je peux assurer à ses parents que nous avons tout fait pour le réanimer», a fait savoir Mme Cormier.

Peu de temps après, un violent incendie s’est déclenché dans la voiture.

Les pompiers, policiers et ambulanciers sont ensuite arrivés sur la scène. Tous les événements racontés dans cet article se sont produits dans l’espace de 15 minutes.

Les citoyens qui ont donné un coup de main aux accidentés ont probablement sauvé la vie de deux adolescents.

«Ils ont certainement été courageux, a commenté Denis Haché, un caporal de la GRC. Les automobilistes ont une obligation de s’arrêter sur la scène, mais ils ne sont pas obligés de donner de l’aide.»

Monika Cormier ne se voit pas comme une héroïne.

«Ce sont les hommes qui ont retiré les gars de la voiture qui méritent le titre de héros. Moi, je faisais le lien entre le 911 et les secouristes. Je suis fière de dire que je viens de Moncton. Nous avons tous travaillé ensemble», a-t-elle dit.

La hockeyeuse se compte cependant très chanceuse.

«Lorsque j’ai quitté la scène, je voyais des flashbacks de la voiture qui s’en venait vers moi. J’ai dit des prières en revenant. Je ne serai pas marquée pour la vie. J’étais heureuse d’apprendre que les deux gars vont mieux», a-t-elle signalé.

L’enquête se poursuit et la cause exacte de l’accident n’est pas encore déterminée.

Selon des informations qui circulent, la voiture dans laquelle se trouvaient les trois jeunes circulait en direction de Moncton et le chauffeur a voulu donner de l’espace à un cycliste, qui roulait sur le bord de la route.

En sens inverse, caché derrière une petite colline, s’en venait un autre véhicule. Le jeune chauffeur aurait perdu le contrôle en voulant revenir dans sa voie de circulation.

Il faut dire que cette route est très étroite et qu’il n’y a pas ou très peu d’accotements en asphalte.