Un objectif de 5000 inscriptions à l’Univesité de Moncton

MONCTON – Malgré un combat de tous les instants contre le déclin démographique, l’Université de Moncton croit pouvoir atteindre le cap des 5000 inscriptions au cours de la rentrée 2012.

Pour l’ensemble de l’Université, on devrait avoir plus d’étudiants que l’année dernière. L’année passée on en avait 4900 et maintenant on est optimiste d’atteindre les 5000 inscriptions cette année», a déclaré à l’Acadie Nouvelle la vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales de l’Université de Moncton, Marie-Linda Lord.

Cette augmentation des inscriptions n’est cependant que très partiellement due à la grève étudiante québécoise. En fait, les Acadiennes et les Acadiens ont été beaucoup plus nombreux à s’inscrire à l’institution postsecondaire tout comme les étudiants internationaux.

«L’augmentation sera due possiblement à un certain nombre de Québécois (10 environ), mais il y aura aussi une augmentation de notre bassin traditionnel qui est formé d’Acadiens du Nouveau-Brunswick en plus des étudiants internationaux. Cette hausse provient donc de trois bassins de population», a précisé Mme Lord.

À la rentrée 2011, 608 étudiants internationaux s’étaient inscrits à l’Université de Moncton. Les chiffres très provisoires indiquent que le nombre d’étudiants internationaux qui devraient fréquenter l’institution acadienne au cours de cette année universitaire au Campus de Moncton serait supérieur, si la tendance se maintient.

Au Campus de Moncton, on compte ainsi atteindre et même excéder les 4200 inscriptions. Ils seront environ 200 de plus à y étudier. La situation reste stable au Campus d’Edmundston où l’université observe une légère augmentation pour atteindre les 400 étudiants.

Cette hausse des inscriptions n’est pas un hasard. L’Université de Moncton, en collaboration avec les administrations des écoles secondaires de la province, a envoyé en milieu scolaire, en février, du personnel du service d’admission pour aller à la rencontre des élèves.

Avec leur relevé de notes en main et une idée du programme dans lequel ils désirent poursuivre leurs études, les élèves pouvaient être admis en quelques minutes à peine.

Toutefois, la situation est un peu différente au Campus de Shippagan où les inscriptions sont à la baisse. L’administration universitaire ne croit pas qu’il sera possible d’y atteindre les 400 inscriptions.

Moins d’étudiants en éducation, plus en administration

Après une grande réforme du système d’éducation au Nouveau-Brunswick, les étudiants de l’Université de Moncton boudent ce secteur pour se diriger ailleurs.

Si la tendance se maintient, les programmes populaires lors de la rentrée 2012 seront ceux offerts par la Faculté d’administration, mais étonnamment aussi ceux de la Faculté de foresterie au Campus d’Edmundston.

«Il y a des programmes qui sont très populaires. Les inscriptions augmentent à la Faculté d’administration. Il y a aussi une augmentation à la Faculté d’ingénierie. En foresterie, les inscriptions sont à la hausse. On avait effectué des efforts à ce chapitre qui ont porté des fruits», a souligné la vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales de l’Université de Moncton, Marie-Linda Lord.

À la Faculté d’éducation, par contre, il s’agit d’une tout autre histoire. Une baisse de fréquentation est observée. Ce n’est cependant pas unique à l’Université de Moncton, comme l’indique Mme Lord.

«On sait que la population étudiante baisse au N.-B. Alors, c’est normal que les jeunes soient moins enclins à choisir de se faire former pour devenir des enseignants quand on en a moins besoin. La restructuration dans le milieu scolaire a reçu une grande couverture médiatique. Les jeunes sont des consommateurs d’information tout comme leurs parents», a avancé la vice-rectrice.

Les chiffres concernant les inscriptions ne sont que provisoires. Le nombre officiel d’étudiants inscrits à l’Université de Moncton ne sera connu qu’à la mi-septembre.