Un autre hiver sans aréna à Richibucto

RICHIBUCTO – Les hockeyeurs de Kent-Centre devront encore passer un hiver sans aréna à Richibucto.

L’aréna J.-Charles-Daigle, qui a été la proie des flammes en décembre 2009, était le domicile des patineurs du territoire s’étendant de Pointe-Sapin (Nord) à Richibouctou-Village (Sud).
 

L’Association du hockey mineur de Kent-Centre a passé les deux derniers hivers sous le toit de l’aréna d’Elsipogtog et le scénario ne changera pas en 2012-2013.
 

Leurs inscriptions se dérouleront à cette infrastructure les 12 et 13 septembre.
 

Les jeunes sauteront sur la glace la première semaine d’octobre.
 

«Aux dernières nouvelles, nous n’aurons pas d’aréna cette année. C’est le statu quo», a fait savoir le président de cette association, Jean-Marc Arsenault.

Les effectifs de Kent-Centre dégringolent depuis un certain temps et ce n’est pas uniquement en raison de la diminution de la population dans cette région.

«Nous perdons environ 40 jeunes hockeyeurs par année. Ce ne sont pas tous les parents des extrémités de notre territoire qui vont se rendre à Big Cove avec un jeune de 4 ans à 7 h du matin. Ils vont plutôt attendre que leurs jeunes aient 9 ou 10 ans pour les inscrire. À ces âges, les heures de glace sont plus raisonnables, mais le développement des jeunes ne se fait pas», a indiqué le président, soulignant que pour la première fois de son histoire, son association accepte les patineurs âgés de 4 ans.

Ici et là dans la région, certaines personnes commencent sérieusement à se douter que le projet de nouveau centre multifonctionnel de 7 millions $ deviendra réalité.

Le maire de Richibucto, Roger Doiron, se fait toutefois rassurant.

«Nous sommes en train de formuler une autre demande au gouvernement provincial», a révélé le maire.

Rien n’est officiel, mais il paraît que le gouvernement de David Alward veut donner un seul million de dollars à la municipalité. Richibucto aimerait recevoir au moins 2,5 millions $.

De son côté, le gouvernement de Stephen Harper a déjà fait savoir qu’il ne donnera pas un sou pour ce projet.

Richibucto est située dans une circonscription libérale, tant sur le plan provincial que fédéral.

Le projet revu à la baisse, qui était au départ de 10 millions $, sera notamment financé par le chèque des assurances (2,5 millions $), une campagne de financement (1,5 million $) et la taxe sur l’essence (400 000 $).

«Si nous avions le contrôle de l’argent, les morceaux du casse-tête seraient déjà en place. Nous ne voulons pas placer la municipalité dans une situation financière précaire, a indiqué Roger Doiron. Je crois à l’importance d’un tel projet pour notre communauté et celles des environs.»

Afin de faire avancer le dossier, le comité responsable de la campagne de financement pourrait bientôt lancer le tout.