CN: Yvon Godin demande à Ottawa d’intervenir

BATHURST – Le député fédéral d’Acadie-Bathurst, Yvon Godin, demande à Ottawa d’intervenir dans le dossier du Canadien National (CN).

Depuis que le CN a fait part, à la fin août, de son intention d’abandonner un tronçon de 225 km entre Moncton et Bathurst dans moins de deux ans, faute de clients, les réactions fusent de toutes parts.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) s’inquiète des réductions du service ferroviaire qui pourraient survenir dans le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie ainsi que le nord et l’est du N.-B. D’autant plus que le train de passagers VIA Rail en sera affecté si cette intention se concrétise. Le NPD demande au CN de ne pas démanteler une partie de son réseau et à VIA Rail de faire pression auprès de la compagnie de chemin de fer pour que ce tronçon soit épargné.

Le député néo-démocrate d’Acadie-Bathurst, Yvon Godin, juge que le gouvernement Harper doit s’immiscer dans ce dossier pour conserver la voie ferrée.

«Nous n’acceptons pas que le gouvernement fédéral s’en lave les mains. C’est lui qui a privatisé le CN, soi-disant parce que le secteur privé serait capable de mieux gérer une société d’État que le gouvernement lui-même. Le résultat est qu’ils sont en train de fermer les rails entre Bathurst et Moncton. Ça veut dire qu’on va perdre VIA Rail également.»

«Le gouvernement a la responsabilité de l’intérêt du public et du développement des régions. Le CN a juste la responsabilité de donner de l’argent à ses actionnaires», exprime M. Godin.

La voie ferrée entre Moncton et Bathurst nécessite des investissements pouvant atteindre 50 millions $. Le NPD dit qu’Ottawa pourrait y injecter des fonds, de même que Fredericton.

«Si c’est ça que ça prend, que le gouvernement fédéral le fasse. Investir 50 millions dans les chemins de fer n’est pas pire que de donner cette somme à une entreprise privée qui va fermer cinq ans après. Les rails au moins, tout le monde peut en profiter.»

«C’est une nécessité pour le développement économique. Que ce soit le port de Belledune, l’aéroport et le chemin de fer.»

«Si le gouvernement laisse aller les infrastructures, oublions le développement économique», dit le député fédéral.

«Pareil pour le gouvernement provincial. Il a des fonds de 200 millions $ pour le nord du Nouveau-Brunswick. Pourquoi ne pas investir dans la voie ferrée?

«En fait, ce serait aux deux paliers du gouvernement de faire en sorte que le tronçon Bathurst-Moncton ne soit pas abandonné», ajoute-t-il.