Travaux routiers: Dieppe exaspérée par l’inaction de Fredericton

DIEPPE – L’avenue Acadie et les rues Champlain et Amirault sont en tête de liste des projets d’infrastructures routières prioritaires de la Ville de Dieppe. Des projets qui nécessiteront inévitablement la participation financière du gouvernement provincial.

Le conseil municipal de Dieppe a adopté lundi soir sa liste de projets prioritaires destinée au gouvernement dans le cadre du Programme d’amélioration des routes provinciales désignées.

La liste dresse le portrait de cinq projets d’infrastructures routières pour lesquels la municipalité sollicite l’aide financière de la province au cours des cinq prochaines années.

Cet exercice exigé par Fredericton doit servir de guide au gouvernement pour trouver dans son prochain budget de quoi investir dans les routes qui sont sous sa responsabilité (les routes désignées provinciales), mais qui se trouvent sur le territoire de la Ville de Dieppe.

Pour 2013, les élus municipaux souhaitent le nivellement et l’asphaltage de la rue Champlain entre l’avenue Acadie et la rue Industrial. Le projet de 1,5 million $ devrait être financé à moitié par le gouvernement provincial.

Dieppe espère aussi obtenir 100 000 $ du gouvernement de David Alward l’an prochain pour faire la conception du projet de réfection de l’avenue Acadie et de la rue Amirault à la hauteur du marais. Des travaux d’asphaltage et de drainage sont requis dans cette zone qui a subi plusieurs inondations dans les dernières années.

La réalisation des travaux dans le marais en 2014 nécessitera un investissement de 3 millions $ de la part du gouvernement provincial et de la Ville.

L’échéancier établi par la municipalité ne garantit toutefois pas que le financement de Fredericton sera au rendez-vous lors du dépôt du budget provincial.

«Il y a des années où nous avons eu beaucoup de difficulté avec ça. Nous avons vraiment tout un défi sur les bras. Il y a eu plusieurs années où il n’y a pas eu grand travail de fait», a précisé le directeur des Travaux publics et de l’Ingénierie de Dieppe, Jacques LeBlanc.

La conseillère Jody Dallaire n’a pas hésité, lundi, à dénoncer le manque d’investissement du gouvernement dans ces routes dont il est pourtant responsable de la qualité.

«Chaque année, la municipalité met beaucoup d’argent pour maintenir les rues qui sont désignées provinciales. Pendant plusieurs années, notre contribution était plus élevée que celle du gouvernement provincial. Je souhaite que ça change cette année et dans le futur», a-t-elle déclaré.

Le conseiller Jean Gaudet a témoigné lui aussi de son «inquiétude» et sa «frustration» devant de l’attitude du gouvernement.