L’Acadie perd son plus grand illustrateur

EDMUNDSTON – Le réputé artiste peintre Claude Picard est décédé des suites d’un cancer de la vessie, jeudi soir, à l’âge de 80 ans. Avec son départ, l’Acadie perd son plus grand illustrateur et l’un de ses plus grands maîtres du pinceau.

Les oeuvres historiques de Claude Picard se retrouvent dans plusieurs musées acadiens en Atlantique ainsi qu’outre-mer. Elles ont aussi été reprises dans plusieurs publications.

L’artiste domicilié à Saint-Basile est décédé vers 21 h, jeudi, à l’Unité des soins palliatifs de l’Hôpital régional d’Edmundston.

Sa dernière apparition publique remonte au 28 août, lorsqu’il a reçu la Médaille du Jubilé de diamant de la reine Élisabeth II. Cette journée-là, il a obtenu la permission de sortir de l’hôpital et y est retourné immédiatement après la cérémonie.

Sachant que cette activité était à son agenda, il avait demandé à ses médecins si sa santé lui permettait d’y prendre part.

En août, il a aussi tenu à être présent durant quelques heures au Rendez-vous des artistes de Saint-Léonard.

Claude Picard a été l’un des premiers et rares artistes néo-brunswickois à pouvoir vivre de son talent. Ses tableaux à saveur historique se retrouvent dans les musées acadiens de Miscouche, à l’Île-du-Prince-Édouard, de Grand-Pré, en Nouvelle-Écosse, et de Belle-Isle-en-Mer, en France.

Sa murale sur la vie au Madawaska est aussi une attraction à l’hôtel de ville d’Edmundston.

Il est également réputé pour les portraits qu’il a réalisés. Ils sont exposés au Sénat canadien, à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, au Musée du Nouveau-Brunswick, à l’Université de Moncton et à la Bibliothèque nationale.

Il a aussi a réalisé ceux de tous les membres intronisés au Temple de la renommée sportive d’Edmundston.

En 2010, le Musée historique du Madawaska a présenté une rétrospective de la carrière de M. Picard. Plusieurs de ses oeuvres «égarées» ont été rapatriées à cet endroit. Jacques Albert a participé à l’organisation de l’exposition. Il a suivi la carrière de l’artiste tout au long de son parcours.

«C’est une grande perte. C’est le plus grand peintre de l’histoire de l’Acadie. Après avoir fait ses débuts dans le portrait, en cours de route, il a décidé de s’attarder à la vie des Acadiens. Je crois que c’était un choix personnel. On lui a commandé une oeuvre sur la Bataille du Restigouche, qu’il a livrée l’année dernière. Il faut se rappeler qu’il a été l’un des seuls à pouvoir vivre de son art», a dit M. Albert.

Avant d’entreprendre une oeuvre, Claude Picard passait des heures à se documenter. Il avait le souci du détail et tenait à faire ressentir les expressions sur les visages de ses personnages.

Même s’il ne vit au Madawaska que depuis 2002, l’ambassadeur culturel de la ville d’Edmundston, Christian Michaud, a côtoyé le regretté artiste peintre à maintes reprises.

«À travers son oeuvre, il a su témoigner de son amour pour l’Acadie et le Madawaska. Il a fait beaucoup pour les arts dans la région, c’est lui qui a permis de les faire connaître. Il a tenu à sa pratique artistique. Il a été un précurseur à une époque où cela pouvait ne pas être pris au sérieux et où il n’y avait pas d’institutions pour les soutenir. Mais son talent a parlé pour lui. Il est un modèle pour ceux qui le suivent», a continué M. Michaud.

Claude Picard a été intronisé au Temple de la renommée des arts d’Edmundston en 2010. Il laissera un grand vide dans le domaine artistique en Acadie. «Ses oeuvres permettront de garder sa mémoire vivante», a ajouté M. Michaud.