Réforme de la gouvernance locale: un pas en avant pour Saint-Jean

SAINT-JEAN –  La réforme de la gouvernance locale proposée par le gouvernement provincial est plutôt bien accueillie par l’administration municipale de Saint-Jean.

Par Sébastien Lachance

Après l’annonce du gouvernement en décembre 2011 d’un plan d’action pour un nouveau système de gouvernance locale, la Ville de Saint-Jean s’est dite grandement encouragée par les efforts déployés de la part du gouvernement Alward.

Pas moins de 23 études différentes auront été effectuées à ce jour au sujet de l’administration locale à travers la province. Pour plusieurs, la plus récente proposition serait enfin la bonne.

En entrevue avec l’Acadie Nouvelle, le maire récemment élu, Mel Norton, ne parle que d’excellentes nouvelles lorsque vient le temps de commenter ce nouveau plan d’action. «Saint-Jean a un rôle de leader à jouer. En tant que moteur économique et ville la plus populeuse du Nouveau-Brunswick, la Ville veut faire preuve de leadership d’une façon constructive et coopérative.»

Aucune modification majeure au paysage municipal ne sera toutefois apportée par ces propositions de réformes. Par exemple, aucune fusion de municipalités ni de regroupement de services de prévention des incendies ou de corps policiers n’est envisagée.

Les principales modifications se feront surtout sentir en matière de fiscalité, d’évaluation foncière et avec la création des Commissions de services régionaux du Nouveau-Brunswick. Pour la région de Saint-Jean, celle-ci couvrira le territoire compris entre Musquash et Quispamsis. Les travaux de la commission devraient débuter en janvier 2013, selon ce qu’a appris l’Acadie Nouvelle.

Cette nouvelle commission aura un rôle de premier plan à jouer en matière de services aux communautés, de mesures d’urgence, de collaboration entre les corps policiers et d’ententes de services entre les communautés. «À court terme, cela apportera peu de changements, mais à plus long terme, avec la création de ces nouvelles commissions, on parle quand même de changements les plus importants à la gouvernance locale depuis les années 1960», de dire Mel Norton, qui affirme ne pas trop craindre le fait que les frais d’opération de ces commissions seront refilés aux municipalités.

Pour le maire de Saint-Jean, ce plan d’action pour un nouveau système de gouvernance locale aura une influence certaine sur le quotidien de ses citoyens. «L’avenir économique des gens de la région, le fait qu’ils visitent par exemple le théâtre ou assistent à un match de hockey et même leurs emplois dépendent de la situation économique et de la vigueur que l’on va retrouver à Saint-Jean. Je suis persuadé qu’à force de collaboration avec nos partenaires régionaux, tout va bien fonctionner».