Nouveau chef du Parti libéral: 19 000 personnes pourront voter

FREDERICTON – Plus de 19 000 personnes auront le droit de voter lors de l’élection du prochain chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick.

Le directeur exécutif du parti, Léopold Mallet, dit que jamais autant de personnes n’ont été admissibles à voter lors d’un congrès à la direction d’un parti politique de la province.

«Dans l’histoire du Nouveau-Brunswick, ça va être la plus grande participation au point de vue des membres votant pour le chef», constate M. Mallet avec enthousiasme.

Les personnes intéressées à voter lors du congrès à la direction du parti avaient jusqu’à 17 h mercredi pour s’inscrire.

M. Mallet précise toutefois que le nombre de 19 000 n’est qu’une estimation.

«Je ne peux pas donner le nombre final exactement, parce qu’en date d’aujourd’hui (en fin de matinée jeudi), nous avons dans le système 15 600 personnes d’enregistrées. Mais hier (mercredi), qui était la date limite, j’ai à peu près 4000 formulaires qui sont rentrés. Le personnel est en train de traiter ces formulaires. Je peux facilement dire qu’il va y avoir au-delà de 19 000 personnes inscrites pour le congrès à la direction du 27 octobre», explique Léopold Mallet.

Il ajoute que la moitié de ces inscriptions étaient celles de nouveaux membres du Parti libéral. 

Il n’a pas été possible de savoir combien de nouveaux membres ont été recrutés par chacun des trois candidats.

M. Mallet estime que le nombre d’inscriptions augure très bien pour sa formation politique en vue des élections générales de 2014.

Le congrès à la direction du Parti libéral du Nouveau-Brunswick aura lieu le 27 octobre au Casino Nouveau-Brunswick à Moncton.

Trois candidats sont en lice: Nick Duivenvoorden, qui possède une ferme laitière et qui fut maire de Belledune, Brian Gallant, un avocat de Moncton qui a déjà été candidat libéral contre l’ancien premier ministre Bernard Lord, et Mike Murphy, avocat et ancien ministre libéral. 

L’intérim est assumé par Victor Boudreau depuis novembre 2010, après la démission de M. Graham, au terme de l’élection.