Route 11 à quatre voies: Roger Doiron réclame un échéancier

RICHIBUCTO – Roger Doiron, le maire de Richibucto, revendique un échéancier fixe pour le projet d’élargissement à quatre voies de la route 11, de Shediac à Miramichi.

Le ministre des Transports et de l’Infrastructure, Claude Williams, a dévoilé, la semaine dernière, que le projet d’élargissement à quatre voies de la route 11 sera fait par étapes, au lieu d’être fait d’un coup.

Dans un premier temps, les 30 km de Bouctouche à Shediac seront élargis à quatre voies. Ensuite, les 10 km de Glenwood à Miramichi subiront le même sort. Des voies de dépassement seront ajoutées aux 75 km du milieu, qui passent près du parc Kouchibouguac. Finalement, les tronçons qui restent seront élargis à quatre voies.

Le maire de Richibucto, Roger Doiron, a toujours des questions.

«Nous souhaitons voir un engagement avec un échéancier», a affirmé Roger Doiron, tout en indiquant qu’il comprend que le ministère a des défis financiers.

«Si on nous dit que la route 11 va se faire par étapes, pas de problème, mais on veut des dates.»

Mercredi, le ministre Williams a rencontré Denis Lebel, le ministre des Transports du Canada. Ils ont abordé les inquiétudes de Roger Doiron.

«C’est une très bonne question, et c’est la question sur laquelle on travaille», assure le ministre des Transports du Nouveau-Brunswick.

M. Williams n’a toutefois pas précisé quand l’échéancier du projet sera dévoilé. Une telle annonce n’aura pas lieu tant que le gouvernement fédéral n’aura pas promis son soutien financier.

«On n’a pas les fonds nécessaires pour y aller seuls», a avoué le ministre Williams.

Il espère que la première phase sera entamée lors de la prochaine entente sur l’infrastructure du gouvernement fédéral, en 2014.

«Je n’ai pas raté ma chance de discuter de l’importance de la route 11 avec le ministre Lebel. Nous allons nous rencontrer prochainement avec nos fonctionnaires. Nous voulons nous assurer que tout est prêt dès que les fonds seront disponibles.»

Selon M. Williams, les travaux préparatoires pour l’élargissement de Bouctouche à Shediac, par exemple l’étude d’impact environnemental et les plans d’ingénierie, sont à 95 % complets.

«On a dépensé 1 million $ cette année sur l’analyse des terrains et l’achat des terrains entre Shediac et Bouctouche. Si on n’était pas sérieux, on ne ferait pas ce travail-là.»

Roger Doiron veut s’assurer que sa région ne sera pas oubliée.

«Il y a de la circulation qui se fait de façon importante entre Richibucto et Moncton, il n’y a pas de doutes là dessus», a affirmé le maire.

«C’est important pour le développement économique, pour le transport des marchandises et pour les gens qui viennent du nord au sud pour des traitements à Moncton, a-t-il ajouté. Ils n’ont pas le choix que de passer par cette route-là.»

«Je veux mettre au clair que toute la planification de design est faite en fonction d’une route à quatre voies, de Shediac à Miramichi», a conclu Claude Williams.