Vandalisme: Curtis Robichaud plaide coupable à Campbellton

CAMPBELLTON – L’un des trois accusés reliés à la vague de vandalisme qui a déferlé au Restigouche entre la fin août et le début octobre a reconnu sa culpabilité lundi à la Cour de Campbellton.

En tout, plus d’une trentaine d’accusations d’entrées par effraction, de vols, d’incendies et d’actes de méfaits pesaient contre Curtis Robichaud, 24 ans de la région de Campbellton.

Le plus spectaculaire événement fut sans contredit le saccage du Club de golf Restigouche survenu au début du mois. En plus des accusations reliées au club comme tel, on dénombrait près d’une douzaine d’entrées par effraction à l’intérieur de remises de rangement appartenant à des membres du club.

On reprochait également à l’accusé divers incidents s’étant déroulés ailleurs dans la région, dont à l’aéroport de Charlo, au Rest-O-Park d’Eel River Crossing, à l’école Mgr-Melanson et à la garderie Les Débrouillards de Val-d’Amour, à l’ancien restaurant Cedar Lodge de Pointe-la-Nim ainsi qu’à l’aréna de Saint-Arthur.

La poursuite a par contre retiré les accusations en lien avec des actes de vandalisme survenus au Garage Central d’Atholville. L’accusé a également plaidé non coupable à deux chefs d’accusation. Car s’il reconnaît avoir été sur place lors des méfaits, il nie avoir participé activement au vol d’un extincteur à l’atelier de l’aéroport de Charlo ainsi qu’au vandalisme commis à l’endroit de la surfaceuse de l’aréna de Saint-Arthur.

Il reviendra en cour pour connaître sa sentence le 18 janvier 2013.

On se souviendra que deux autres personnes ont également été arrêtées en lien avec ces affaires. Patrick Fitzgerald, 19 ans, a été envoyé au Centre hospitalier Restigouche la semaine dernière afin d’y subir une évaluation psychiatrique. Cette procédure a été réclamée par la défense afin de déterminer si ce dernier – diagnostiqué bipolaire et ayant lui-même cessé sa médication – pouvait être tenu responsable des gestes commis. Il reviendra de nouveau en cour le 19 novembre.

Le troisième accusé est d’âge mineur. Il tombe ainsi sous la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents. L’accusé a comparu en Cour vendredi dernier et a enregistré des plaidoyers de culpabilité sur les chefs auxquels il faisait face. Il connaîtra sa sentence le 4 janvier 2013.