Ghislain Paquet: les deux parties recommandent sept ans de prison

EDMUNDSTON – La Couronne et la défense recommandent sept années d’emprisonnement pour Ghislain Paquet, un individu de Saint-Quentin qui s’est reconnu coupable d’homicide involontaire sur Victor Truchon, lors d’un incident survenu en mai 2011 dans un secteur boisé près de Saint-Léonard. La sentence sera rendue le 5 décembre.

Dans cette affaire, l’individu a inscrit un plaidoyer de culpabilité le 24 septembre. Pour la première fois, des détails concernant ce crime ont été dévoilés au cours des représentations sur la sentence, mercredi, en Cour provinciale à Edmundston.

Selon la preuve soumise par le procureur de la Couronne, Me Pierre Roussel, le 12 mai 2011, les deux hommes et un troisième individu de Saint-Quentin, Steve O’Brien, se sont rendus à Edmundston.

Par la suite, le trio a pris la direction de Grand-Sault. Ils ont abouti dans un bar de l’endroit avant de se rendre au domicile de Donald O’Brien (aujourd’hui décédé), le frère de Steve O’Brien. Sur place, les quatre hommes ont fait la fête en consommant de la boisson et des stupéfiants.

À un moment donné, une bagarre aurait éclaté entre Donald O’Brien et Victor Truchon. Ce dernier aurait été blessé au visage et aurait subi une fracture du nez. Du sang a été retrouvé dans le logement, sur des serviettes et dans la voiture utilisée pour les déplacements.

Tard en fin de soirée, les trois hommes ont repris la route vers Saint-Quentin. Ce qui s’est réellement produit par la suite demeure nébuleux. La version des faits soumise par Ghislain Paquet est celle qui a été retenue par les enquêteurs.

Me Roussel a mentionné que lors de l’enquête, Steve O’Brien a dit qu’il s’est endormi sur la banquette arrière de la voiture. Il a soutenu que lorsqu’il s’est réveillé les portières étaient ouvertes. Il a aperçu Ghislain Paquet, mais Victor Truchon n’était pas dans les parages. Les deux hommes auraient poursuivi leur route vers Saint-Quentin.

De son côté, Ghislain Paquet a affirmé que les trois hommes étaient retournés à Saint-Quentin pour y déposer Steve O’Brien. Selon sa version, même s’il était environ 1 h 30, lui et Victor Truchon auraient décidé de revenir à Edmundston pour aller dans une boîte de nuit de danseuses.

L’accusé a raconté aux policiers que lui et la victime auraient eu un argument parce que Victor Truchon l’aurait traité de «rat». Ils seraient sortis du véhicule. Selon Ghislain Paquet, l’autre individu a sorti un couteau pour s’en prendre à lui. Il a mentionné qu’il aurait réussi à le désarmer pour le frapper par la suite avec la même arme.

La juge Brigitte Volpé rendra la sentence le 5 décembre. Si elle entérine le propos conjoint de sept ans de pénitencier des avocats en cause dans ce dossier, compte tenu du fait qu’il est détenu depuis près de 17 mois, il ne resterait que cinq ans de prison à purger pour l’accusé.