Un vol très attendu pour l’aéroport de Charlo

CHARLO – Un premier vol commercial depuis janvier 2005 s’est posé mercredi matin à l’aéroport de Charlo.

Malgré le temps maussade causé par les restes de la tempête Sandy, l’appareil de la compagnie terre-neuvienne Provincial Airlines a atterri sans problème sur la piste de l’aéroport restigouchois.

En provenance de Halifax avec à son bord 18 passagers, le vol à destination de Wabush (Labrador) et Schefferville (QC) a fait escale à Charlo pour ramasser deux clients supplémentaires. Trois autres devaient d’ailleurs être du voyage de retour en soirée.

Adolphe Goulette, président du conseil d’administration de l’aéroport, peine à cacher sa joie de revoir un transporteur utiliser régulièrement la piste de Charlo. «Ça fait longtemps qu’on attend ça», confie-t-il.

«J’avoue que j’étais inquiet ce matin quand j’ai vu la température. J’ai eu peur que l’avion ne puisse décoller de Halifax ou qu’elle ne puisse atterrir ici en raison de la météo. Mais dans les deux cas, ça ne s’est pas produit, rien n’a empêché notre premier avion d’atterrir», ajoute-t-il.

Il faut dire que les choses se sont bousculées au cours de la dernière semaine à Charlo. L’aéroport a en effet appris vendredi que Transport Canada lui octroyait la certification nécessaire pour accueillir un transporteur. Provincial Airlines a ainsi pu postuler pour un permis d’exploitation à Charlo, autorisation qui lui fut accordée mardi. Et mercredi, le premier avion atterrissait sur place.

Provincial Airlines effectuera trois arrêts à Charlo par semaine, soit lundi, mercredi et vendredi. Le service est toutefois loin d’être garanti à long terme, la compagnie aérienne n’effectuant pour le moment qu’un essai (jusqu’en décembre) à Charlo.

«Ça demeure néanmoins une très bonne nouvelle pour l’aéroport de Charlo, car nous n’avions plus de vols commerciaux depuis plusieurs années déjà. Si le nombre de passagers est au rendez-vous et que l’opération est rentable pour la compagnie aérienne, ça pourrait donc devenir un partenariat à long terme très intéressant pour tout le monde», indique M. Goulette avec optimisme.

Mercredi, deux passagers ont monté à bord. S’il concède que ce n’est pas énorme, M. Goulette estime que le nombre est satisfaisant compte tenu du court délai entre l’obtention des permis et la tenue du premier vol.

«On est très satisfait – et la compagnie Provincial Airlines aussi – de voir qu’il y avait déjà des passagers de la région pour ce premier départ ainsi que pour le vol de retour. C’est encourageant pour le service. Et je suis certain que ce n’est qu’un début, qu’il y a du potentiel intéressant au Restigouche. Je crois qu’un service du genre peut devenir une option intéressante à plusieurs travailleurs de la région qui doivent s’expatrier dans le Nord de l’Alberta. Car lorsqu’on part pour l’Ouest, ça prend pratiquement une journée entière pour s’y rendre (auto et avion). Ici, ça ne prend qu’une heure trente. Les travailleurs sauvent donc beaucoup de temps», note-t-il.

À noter que l’aéroport de Charlo n’est pas le seul à s’être lancé dans l’aventure Wabush. L’aéroport voisin (celui de Bathurst) lui fait compétition à ce chapitre. Et ironiquement, c’est la compagnie québécoise Pascan Aviation qui offre cette liaison dans la région Chaleur, soit celle-là même qui a procédé aux derniers vols commerciaux à Charlo.