Budget des écoles: Fredericton recule

FREDERICTON – Toutes les écoles du Nouveau-Brunswick recevront la totalité du budget qui leur a été alloué en mars dernier par la province.

Le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Jody Carr, l’a confirmé mardi à Fredericton.

«Nous avons travaillé avec les districts scolaires pour compléter le budget des dépenses dans chaque district et nous allons donner le reste du budget, le 25 % ou le 30 % dépendant du secteur d’éducation», a indiqué le ministre.

Il y a quelques semaines, le ministre Jody Carr avait annoncé que seul un premier versement équivalant à 75 % du budget des écoles francophones et 70 % de celui des établissements anglophones avait été effectué.

«Nous avons entrepris une révision budgétaire de nos dépenses au sein du ministère et des districts scolaires. Nous avons demandé à ce que tous les budgets soient mis sur la glace jusqu’à nouvel ordre pendant que nous révisons le processus budgétaire et nos pressions budgétaires», avait alors expliqué le ministre.

À ce moment, il avait aussi laissé entendre qu’un second versement serait effectué sans préciser toutefois s’il couvrirait la totalité des sommes retenues.

Mais Jody Carr dit que les choses se sont clarifiées depuis, et que les directions d’écoles peuvent désormais faire leurs prévisions budgétaires en toute quiétude.

Le ministre a expliqué que cette approche en deux versements a permis à son ministère d’apporter des améliorations au processus budgétaire.

Tout ceci fait partie de la restructuration des réseaux français et anglais d’éducation qu’a entreprise le ministre il y a quelques mois.

Dès février dernier, il dévoilait la configuration géographique proposée pour les trois districts francophones et les cinq districts anglophones.

Le tout a été finalisé juste à temps pour permettre à Élections Nouveau-Brunswick d’être prêt pour les élections scolaires qui ont eu lieu en mai en même temps que les élections municipales et celles des réseaux de santé.

Le monde de l’enseignement a dû mettre les bouchées doubles au cours de la période estivale afin de préparer la rentrée.

L’épisode relatif au financement que vient de vivre le monde de l’éducation semble maintenant chose du passé.

Mais le ministre tient à ce que les écoles reçoivent désormais leurs budgets plus tôt dans l’année afin de leur permettre de mieux planifier.

Il faudra peut-être attendre le prochain budget provincial avant de savoir si la synchronisation des budgets, si chère au ministre, deviendra réalité.