MONCTON – Les deux parties pourraient ratifier dès vendredi l’accord de principe conclu mardi en vue de mettre fin au conflit de travail chez Codiac Transpo.

Selon le porte-parole de la Ville de Moncton, Paul Thomson, les élus du conseil municipal devraient se réunir vendredi afin de se prononcer sur l’accord de principe survenu mardi soir entre l’équipe de négociations de la Ville et celle des travailleurs du transport public.

M. Thomson se dit «optimiste» au sujet de l’issue du vote du conseil municipal.

Les membres de la section locale 1290 du Syndicat uni du transport devraient également se prononcer sur l’entente le même jour. Les responsables du syndicat n’ont pas répondu à nos demandes d’interview, mercredi.

Si les deux parties entérinent l’accord de principe obtenu après trois jours de négociations en compagnie d’un médiateur provincial, Codiac Transpo pourrait commencer à rappeler ses employés au travail dès lundi, selon Paul Thomson.

La municipalité vise maintenant un retour des autobus sur la route «avant Noël». Ce laps de temps doit permettre aux mécaniciens de remettre les véhicules en état et aux chauffeurs de suivre de la formation. De nouveaux employés devront peut-être être embauchés pour remplacer ceux qui auraient pu se trouver du travail ailleurs durant le conflit.

Le Syndicat uni du transport et la Ville de Moncton se sont entendus pour ne rien divulguer de l’entente de principe avant les votes prévus vendredi.

Au moment d’entamer la plus récente séance de négociations, dimanche, les travailleurs demandaient des hausses de salaire de 2,75 % par année pendant cinq ans.

La dernière offre de leur employeur était plutôt de 2,23 % annuellement durant 7,5 ans.

Sans contrat de travail depuis le 30 juin 2010, les chauffeurs, les mécaniciens et les préposés à l’entretien des véhicules chez Codiac Transpo avaient été mis en lock-out par la municipalité le 27 juin 2012.

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

«LE LOCK-OUT A AFFECTÉ TOUTE LA COMMUNAUTÉ»

MONCTON – Pendant 5 mois, les usagers du service de transport en commun du Grand Moncton ont dû se débrouiller tant bien que mal pour se déplacer. Le périple est loin d’avoir été facile même si certains mettent déjà le conflit derrière eux.

Selon Lucien Sivret du Group d’action citoyen pour le transport public à Moncton, «le lock-out a affecté toute la communauté du Grand Moncton».

«Je dois dire que j’ai entendu toutes sortes d’histoires. Plusieurs personnes âgées étaient prises à la maison parce qu’elles ne pouvaient pas se payer des taxis. Il y a même des gens qui ont du quitter leur emploi faute de transport à prix modique», a-t-il relaté à l’Acadie Nouvelle.

M. Sivret n’en revient pas que le lock-out ait duré aussi longtemps. Il croit que le gouvernement provincial aurait dû intervenir.

«Nous sommes donc tous très soulagés qu’une entente ait été conclue et nous attendons tous le retour du service avec impatience dans les prochaines semaines», a constaté Lucien Sivret.

Marguerite Arseneault-Morris avait l’habitude de prendre l’autobus chaque jour pour aller travailler. Elle ne cache pas sa joie de voir le conflit se résoudre.

«Comme beaucoup de monde, je suis très contente que les autobus soient de retour prochainement. Codiac Transpo devrait offrir le mois de décembre gratuit pour tout le monde», a-t-elle dit.

Josée Durepos marche une demi-heure chaque matin, puis chaque soir entre sa résidence et son lieu de travail depuis le début du lock-out.

Même si elle se réjouit de la fin du conflit, elle demeure «inquiète» pour l’avenir de Codiac Transpo.

«Le système n’était vraiment pas pratique avant le lock-out. Est-ce qu’ils vont l’améliorer? C’est désagréable quand ton autobus passe seulement chaque heure et demie et que tu dois attendre 30 ou 40 minutes pour ton transfert. J’ai peur que le système devienne pire», a-t-elle fait remarquer.

Le porte-parole de la Ville de Moncton, Paul Thomson, a confirmé au journal mercredi qu’un nouveau système allait faire partiellement son entrée en vigueur avant Noël.

M. Thomson a promis entre autres «des routes plus directes», «un système de transfert amélioré» et des trajets avec des fréquences adaptées selon la demande des clients. – MRC

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle