Les députés provinciaux ne siégeront pas avant le 26 mars

FREDERICTON – Le Nouveau-Brunswick fait partie des provinces où les travaux parlementaires vont reprendre le plus tard au cours de cette année. À Fredericton, la portion printanière de la session parlementaire ne s’amorcera que le 26 mars, jour du dépôt du budget du gouvernement de David Alward.

Ce ne sont pourtant pas les défis qui manquent. L’économie est mal en point, le taux de sans-emploi et le déficit augmentent sans cesse, des débats font rage sur la nécessité d’augmenter la TVH, sur les gaz de schiste et sur la construction d’un oléoduc. Mais tout cela devra attendre le retour des députés.

Ce retour tardif aux affaires ne dérangerait pas les partis d’opposition si la durée totale des travaux au cours de l’année était prolongée, explique Bill Fraser, leader parlementaire du Parti libéral.

«C’est le gouvernement qui décide quand les travaux reprennent. Pour notre part, nous sommes prêts à retourner siéger à n’importe quel moment. La province vit un moment critique à cause de l’état de son économie et de son taux de chômage», ajoute Bill Fraser.

Mais de son côté, le leader parlementaire du gouvernement, Paul Robichaud, ne croit pas que les sessions parlementaires sont trop courtes au Nouveau-Brunswick.

«La période de temps que l’on y consacre est suffisamment longue pour permettre au gouvernement comme à l’opposition de faire valoir leur point de vue sur les projets de loi et les motions qui sont débattus», croit-il.

Selon lui, il ne faut pas oublier que les travaux qui ont lieu au cours d’une session parlementaire ne sont pas les seuls auxquels participent les députés.

«Le processus parlementaire, c’est beaucoup plus que la session parlementaire. Vous avez les comités de l’Assemblée législative qui fonctionnent à longueur d’année, vous avez également le Conseil exécutif qui constitue le gouvernement qui fonctionne lui aussi toute l’année», souligne Paul Robichaud.

De son côté, le chef du NPD, Dominic Cardy, croit que c’est à l’automne qu’il faudrait prolonger les travaux. «J’aimerais voir une législature qui siège quelques semaines, peut-être même un mois et demi de plus par année. La durée de la session d’automne est un vrai problème. Ça devrait être beaucoup plus long et c’est où je vais proposer des changements si je deviens premier ministre, afin que la session s’étale sur les mois d’octobre, novembre et décembre.»

LA PRESSION AUGMENTE POUR HAUSSER TAXES ET IMPÔTS

FREDERICTON – Alors que le déficit continue de prendre de l’ampleur au Nouveau-Brunswick, le premier ministre David Alward subit de vives pressions pour rompre sa promesse électorale de ne pas augmenter les taxes ou les impôts. Au cours des dernières semaines, M. Alward a jonglé avec l’idée de tenir un référendum pour légitimer une hausse des taxes ou des impôts, ou pour installer des postes de péage sur les routes. Le déficit pour l’année financière se terminant en mars devrait maintenant atteindre 411 millions $, alors qu’il était auparavant estimé à 183 millions $.
Interrogé sur le sujet à Lamèque, le vice-premier ministre Paul Robichaud s’est fait plutôt avare de commentaires au sujet du prochain budget et ce qu’il contiendra pour le nord de la province. Il s’est borné à rappeler les quelques annonces qu’il a faites mardi matin, en matière de santé, ainsi que la déclaration du premier ministre, David Alward, la semaine dernière, dans le cadre du Discours sur l’état de la province selon lequel le gouvernement investirait 80 millions $ pour le secteur de l’innovation.
Il signale aussi que les «deux plus importants projets d’infrastructures de la province» qui commenceront au printemps sont situés dans le nord de la province: l’Hôpital du Restigouche (147 millions $) et la voie de contournement de la Péninsule acadienne (50 millions $). – PM et LA PRESSE CANADIENNE
 

LES TRAVAUX PARLEMENTAIRES AILLEURS AU PAYS

FREDERICTON – À Ottawa, la Chambre des communes à Ottawa qui a recommencé à siéger le 28 janvier, tandis que les travaux ont repris mardi à Québec et à Victoria (Colombie-Britannique). À Toronto, les députés provinciaux reprennent les travaux ce mardi 19 février; à Régina, ce sera le 4 mars, et à Edmonton, ce sera le 5 mars, tandis qu’à St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador), les députés doivent en principe être de retour sur les banquettes une semaine plus tard. Les calendriers législatifs de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Manitoba ne sont pas encore affichés sur les pages web de leurs assemblées respectives. – PM