VIA Rail: diminution du nombre de passagers au N.-B. depuis 2010

CARAQUET – Bien que la décision de réduire de moitié le nombre de trajets du train de voyageurs de la ligne Océan, qui relie Montréal à Halifax, ait fait l’objet de plusieurs critiques,VIA Rail s’est toujours défendue en maintenant que le trafic des voyageurs est en chute constante. Des chiffres obtenus par l’Acadie Nouvelle en vertu de la Loi sur l’accès à l’information confirment cette tendance.

Il y a quelques mois, le service national de transport ferroviaire des voyageurs a réduit de six fois à trois fois par semaine la fréquence de voyage de la ligne Océan qui relie Montréal à Halifax.

VIA Rail affirme que le nombre de voyageurs est passé de plus de 250 000 par année à 130 000 au cours des 15 dernières années.

Selon des documents obtenus par l’Acadie Nouvelle, le nombre de billets vendus par VIA Rail au Nouveau-Brunswick baisse progressivement depuis 2010. En 2010, le service ferroviaire a vendu 17 330 billets, alors qu’en 2012, ce chiffre a chuté à 15 710.

Cette baisse du nombre de billets vendus entraîne aussi une chute des revenus. En 2010, la vente de billets au Nouveau-Brunswick avait rapporté à la société de la Couronne 1 899 728 $. En 2012, les revenus totalisaient 1 393 654 $.

Les réductions de VIA Rail en Atlantique ont eu lieu à la suite de compressions imposées par le gouvernement Harper.

Dans le budget de 2012, le ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, a donné l’ordre à VIA Rail d’effectuer des réductions de 6,5 millions $ en 2012-2013, de 15,1 millions en 2013-2014 et 19,6 millions en 2014-2015. Le ministre Flaherty a accordé à VIA Rail un total de 105 millions pour soutenir les opérations et les projets d’immobilisation de la société de la Couronne nationale.

Dans le budget 2013 des conservateurs, Jim Flaherty accorde seulement 54,7 millions à VIA Rail Canada pour l’appui de ses activités et d’investissements dans son matériel, en plus d’une somme de 58,2 millions $, répartie sur cinq ans, afin de maintenir les services ferroviaires dans les régions éloignées.

Dans son budget principal des dépenses, présenté en février, il a été révélé que le budget global de VIA Rail passera de 475 millions $ par année à 188 millions $.

Cette décision ne fait pas l’unanimité. Les Travailleurs canadiens de l’automobile, le syndicat représentant les employés de VIA Rail, a longtemps affirmé que le nombre de passagers en Atlantique ne diminue pas, il aurait même augmenté de 6 %.

«Par exemple, du 21 juin à la fin août, nos agents de services à notre centre d’appels ne pouvaient trouver un siège aux clients qui y téléphonaient parce que les trajets étaient à guichet fermé», a avancé le représentant régional pour les TCA, Patrick Murray, lors d’un entretien avec l’Acadie Nouvelle en octobre.

Or, les données reçues par le journal démontrent que le taux d’occupation des trains qui ont transité par les gares du Nouveau-Brunswick, entre Campbellton et Moncton, n’a jamais dépassé, en moyenne, 68 % au cours des trois dernières années.

Dans l’ensemble, le budget accordé par Ottawa aux infrastructures de transport n’est pas en voie d’augmenter. Le gouvernement Harper prévoit dépenser 321 millions $ en 2013-2014, 264 millions $ en 2014-2015 et 247 millions $ en 2015-2016.