Susan Levi-Peters se veut la candidate du peuple

ELSIPOGTOG – Face à ses deux concurrents, l’ancienne chef de la Première Nation d’Elsipogtog se présente comme la seule candidate issue de la circonscription de Kent. Ayant été confrontée à de nombreux cas de détresse humaine, elle entend devenir la porte-parole du peuple à l’Assemblée législative.

Si Susan Levi-Peters créait la surprise et se trouvait en tête des suffrages lundi soir, elle deviendrait la seule élue néo-démocrate à Fredericton. Elle serait, en quelque sorte, l’alter ego d’Yvon Godin au niveau provincial.

Mme Levi-Peters n’en est pas à sa première tentative de se faire élire. En 2010, dans la même circonscription, elle a terminé troisième du scrutin remporté par l’ancien premier ministre Shawn Graham, avec 15,3 % des voix.

En 2011, elle fut la candidate du Nouveau Parti démocratique (NPD) aux élections fédérales dans la circonscription de Beauséjour. Bien que troisième encore, elle a amélioré son score en récoltant 23,35 % des suffrages.

«Au Canada, mon peuple n’était pas autorisé à voter avant les années 1940, a-t-elle rappelé dans un entretien accordé à l’Acadie Nouvelle. Pour moi, être candidate c’est quelque chose de très fort, et dans ma communauté il y a 2000 électeurs. Pour l’instant, ils pensent qu’ils ont seulement une voix au sein de notre communauté. Je me bats aussi pour cela: pour que les Premières Nations aillent voter.»

Susan Levi-Peters a vu le jour le 25 août 1965 à Elsipogtog, Première Nation Miq’Maq dont elle dirigea le conseil de bande de 2004 à 2008. De cette expérience, la candidate NPD proclame avoir tiré de nombreux enseignements.

«Cela m’a appris à savoir prendre des décisions difficiles, à faire attention aux gens dans le besoin, et à rassembler la communauté. Vous ne savez probablement pas à quel point Elsipogtog et le reste du comté de Kent sont semblables.»

Susan Levi-Peters veut rassembler au-delà de sa communauté d’origine. À la question lui demandant quelle députée elle voudrait être, elle a répondu: la députée du peuple.

«C’est un grand défi, mais j’y suis préparée. J’aime les gens d’ici. J’ai vu beaucoup de pauvreté, pas seulement dans ma communauté. Ça m’a brisé le coeur. Je veux travailler pour le peuple et rendre les gens fiers, parce qu’ils méritent d’être représentés par quelqu’un qui se soucie d’eux et de la terre.»

Il y a huit jours, devant la communauté d’affaires de Bouctouche, Susan Levi-Peters a fait la promotion d’une mesure pour soutenir les petites entreprises et lutter contre le chômage. Il s’agit d’un crédit d’impôt à la création d’emplois, pour les entreprises qui démarrent et offrent du travail.

Une des figures de proue du mouvement de contestation Idle No More et opposée à l’extraction du gaz de schiste, la candidate néo-démocrate fustige les gouvernements qu’elle accuse de vouloir détruire la terre.

Elle présente le Nouveau Parti démocratique comme la seule alternative viable aux formations politiques qui se partagent le pouvoir depuis le XIXe siècle.

«Depuis la création de la Confédération en 1867, nous avons été gouvernés par les libéraux et les conservateurs. Maintenant, le temps est venu pour que cela change. Le comté de Kent est l’endroit idéal pour commencer», a-t-elle affirmé.