Tarifs d’électricité: des augmentations salées ne sont pas exclues

FREDERICTON – Le ministre de l’Énergie et des Mines, Craig Leonard, admet que la projection de hausses des tarifs d’électricité de 2 % par année au cours de la prochaine décennie pourrait devoir être modifiée afin d’être adaptée aux circonstances.

«Il s’agit d’une denrée et, comme pour toutes les choses de cette nature, le prix peut augmenter ou baisser», a déclaré le ministre.

«Ce que nos projections nous permettent d’établir, c’est qu’il est possible de maintenir les augmentations de tarifs à 2 % par année tout en réduisant de 1 milliard $ la dette d’Énergie NB en 10 ans.

M. Leonard a expliqué que c’est justement pour faire face à des fluctuations imprévues des taux d’intérêt ou des prix de l’énergie sur les marchés canadiens, nord-américains et même mondiaux que les prévisions sur 10 ans seront revues chaque année.

«C’est le but du plan continu de 10 ans qui a été instauré. Les hypothèses sur lesquelles sont basées les projections seront révisées chaque année afin d’assurer que les prévisions tarifaires demeurent raisonnables. C’est aussi afin de faire en sorte que lorsqu’Énergie NB présente ses demandes annuelles d’ajustements tarifaires, celles-ci soient basées sur le long terme», a expliqué M. Leonard.

Le critique de l’opposition officielle en matière d’Énergie et des Mines, Rick Doucet, a repris ses propos de la veille.

«Ils parlent de 2 % par année pour 10 ans. Mais cela est basé sur les calculs d’aujourd’hui, sur les chiffres qui sont devant eux. Mais cela va changer. Après 2014, le processus pour déterminer les tarifs d’électricité sera exempt d’influence politique», a souligné M. Doucet, indiquant que ce n’était là qu’un des facteurs qui allaient changer.

Le député libéral de Charlotte-les-Îles croit également que le compte différé créé afin de financer la remise à neuf de la centrale nucléaire de Pointe Lepreau pourrait aussi causer des problèmes financiers à Énergie NB dans les prochaines années.

«Et puis, que va-t-il advenir (du barrage) de Mactaquac? Il s’agit d’une dépense de 3 milliards $», a-t-il rappelé.

Rick Doucet croit que le gouvernement conservateur veut reporter les mauvaises nouvelles concernant Énergie NB après les élections de 2014.

Pour sa part le chef du NPD, Dominic Cardy, estime qu’il faut, au plus tôt, libérer Énergie NB de toute influence politique.

Selon lui, les dispositions du projet de loi qui font en sorte que les tarifs d’ÉNB sont fixés par le gouvernement jusqu’en 2015, ne sont pas fondées sur des réalités.

«Ceci n’est pas un plan. Ils présentent des chiffres qui n’ont aucune base dans la réalité. Il s’agit d’un exercice de planification interne, ce qui est bien en soi, mais le ministre reconnaît que bien des choses peuvent changer. Il y a tellement de variables qui peuvent fluctuer d’ici les cinq ou 10 prochaines années», a constaté le chef du NPD.