Pêche: les homardiers blâment les courtiers

BAIE-SAINTE-ANNE – Les pêcheurs de homardde Baie-Sainte-Anne et de Pointe-Sapin ont l’intention d’aller jusqu’au bout dans leurs démarches pour obtenir de meilleurs prix.

Les bateaux des pêcheurs sont demeurés à quai mercredi et jeudi. Ils le demeureront jusqu’à lundi, au moins. Les pêcheurs réévalueront la situation ensuite.

Ils se plaignent des prix qu’ils reçoivent, soit 3 $ pour le petit homard destiné à la mise en conserve et 3,50 $ pour le homard, plus gros, destiné à la vente au marché. Plusieurs disent que ces prix ne leur permettent pas de couvrir leurs dépenses liées à la pêche.

Les transformateurs locaux se sont montrés solidaires avec les pêcheurs. Les propriétaires de Raymond O’Neill & Sons Fisheries, de la Coopérative des pêcheurs de Baie-Sainte-Anne et de Crown Seafood ont assuré les pêcheurs qu’ils n’importeront pas de homard de l’extérieur tant que la grève perdurera.

Les pêcheurs pointent du doigt les courtiers, c’est-à-dire ceux qui achètent le homard des usines de transformation pour la ventre libre. Ils dénoncent aussi l’inaction des gouvernements.

Vendredi, les pêcheurs du sud de la zone de pêche 23 ont l’intention de se rendre devant Orion Seafood, à Shediac. Ils clament que cette compagnie (courtier) contrôle le prix de plus de 65 % des usines du Nouveau-Brunswick.

– Plus de détails à venir