Les caisses populaires font leur entrée à l’U de M

MONCTON – Les services bancaires offerts à la communauté universitaire de Moncton, d’Edmundston et de Shippagan auront prochainement un nouveau visage.

La Fédération des caisses populaires acadiennes et l’Université de Moncton se sont entendues sur un contrat de services, qui entrera en vigueur le 1er juillet. C’est donc par l’entremise de la fédération que les transactions bancaires de l’établissement d’éducation postsecondaire seront effectuées.

Une succursale sera également aménagée dès cet été au campus de Moncton pour desservir les étudiants. Quant aux campus d’Edmundston et de Shippagan, ces derniers auront dorénavant des liens plus étroits avec les caisses de leur région respective.

À l’automne 2012, l’Université de Moncton a invité un grand nombre d’établissements financiers à soumettre des propositions pour la prestation de services bancaires à l’intérieur de ses trois campus. À la suite du processus, la Fédération des caisses populaires acadiennes a été retenue comme étant celle offrant les solutions les plus avantageuses et les meilleures conditions financières.

«L’Université de Moncton examine régulièrement ses partenariats d’affaires afin de s’assurer d’obtenir les meilleurs services aux conditions les plus avantageuses», a déclaré le recteur, Raymond Théberge.

Les services bancaires étaient assurés depuis plusieurs décennies par la Banque Nationale du Canada . Le recteur a tenu à la remercier.

«Il s’agit d’une décision d’affaires qui ne diminue en rien l’estime que nous avons pour cette institution», a-t-il souligné.

Cette union entre les deux grandes institutions acadiennes était tout indiquée, selon Camille Thériault, président et chef de la direction du Mouvement des caisses populaires acadiennes.

«Nous sommes très heureux, mais il faut quand même souligner que c’est une occasion d’affaires. Il a fallu passer à travers un processus très rigoureux», indique M. Thériault.

«Je crois que pour nous, qui sommes la plus grande institution financière acadienne, de faire affaire avec l’Université de Moncton, qui célèbre son 50e anniversaire, c’est de bon augure. C’est un signe de maturité pour notre mouvement», a-t-il ajouté.

M. Thériault ne cache pas qu’il s’agit aussi d’une occasion de se faire connaître par une nouvelle et jeune clientèle, tout en accommodant ceux qui sont déjà membres du mouvement coopératif.

«C’est une formule gagnante pour nous et l’université. Pour nous, c’est une chance de pouvoir mieux servir nos membres qui viennent sur les campus de l’institution et qui pourront continuer à obtenir les services qu’ils reçoivent à la caisse située dans leur communauté».

M. Thériault mentionne que la fédération compte bâtir une «excellente» relation avec la communauté universitaire au cours des prochaines années, et ce, autant avec les employés de l’institution que ses étudiants.

«Nous sommes les deux grandes institutions acadiennes. Quand on regarde nos employés, environ 60 % d’entre eux détiennent un diplôme de l’Université de Moncton. C’est un signe très encourageant de voir l’université faire confiance à une institution qui embauche beaucoup de ses finissants.»

Ce contrat de services entre l’Université de Moncton et la Fédération des caisses populaires acadiennes est d’une durée de cinq années.

CAMILLE THÉRIAULT DANS LE TOP 50 DES MEILLEURS DIRIGEANTS EN ATLANTIQUE

CARAQUET – Camille Thériault a été nommé l’un des 50 meilleurs dirigeants d’entreprise de l’Atlantique par la publication Atlantic Business Magazine. C’est la deuxième fois de sa carrière au sein du Mouvement que le président-directeur général du Mouvement des caisses populaires acadiennes décroche les honneurs de ce prestigieux palmarès, puisqu’il avait été reconnu une première fois en 2009.

En plus du leadership en affaires, ce classement des 50 meilleurs dirigeants en Atlantique souligne aussi l’implication communautaire des entreprises qu’ils représentent. Camille Thériault est également l’un des 11 dirigeants du Nouveau-Brunswick à figurer au palmarès de cette année. Cet honneur récolté par M. Thériault à titre de PDG du Mouvement des caisses populaires acadiennes s’ajoute à différents hommages qu’il a reçus dans le passé, dont l’Ordre du mérite coopératif et mutualiste canadien en 2011, le titre de «Personnalité de l’année 2008» de l’Acadie Nouvelle ainsi qu’un doctorat honorifique en administration de l’Université de Moncton, également en 2008.

Fondé en 1989, l’Atlantic Business Magazine est un bimensuel indépendant dont le tirage de chaque numéro se chiffre à 37 000 exemplaires distribués dans les quatre provinces de l’Atlantique. – AN