Incendies de forêt: retour à la normale au Nouveau-Brunswick

KEDGWICK – Après une semaine forte en émotions, la vie a repris son cours normal à l’intérieur des communautés néo-brunswickoises évacuées ou menacées d’évacuation en raison d’importants incendies de forêt.

La pluie qui s’est abattue sur les forêts de la province durant la fin de semaine est venue donner un sérieux coup de main aux pompiers qui en avaient plein les bras depuis plusieurs jours, notamment dans les régions de Petitcodiac, Perth-Andover et Kedgwick.

À l’heure actuelle, aucun incendie de forêt majeur ne fait rage dans la province. L’indice d’inflammabilité a considérablement diminué, si bien que l’interdiction de brûlage a même été levée sur l’ensemble du territoire.

Lundi, l’incendie de Petitcodiac a officiellement été déclaré éteint. Plus au nord, une trentaine de millimètres de pluies sont tombés à Kedgwick lors de la fin de semaine et une vingtaine sur Perth-Andover. En dépit de cette pluie, les sites problématiques étaient toujours patrouillés lundi, donc encore en attente d’être déclarés éteints. On avait bon espoir au ministère des Ressources naturelles de pouvoir bientôt clore ces deux dossiers.

Le ministère a d’ailleurs fait le bilan de ces trois importants brasiers. Le plus important en superficie brûlée fut celui de Salisbury avec 140 hectares (350 acres), suivi de Kedgwick avec 121 hectares (300 acres) puis Perth-Andover avec 105 hectares (260 acres).

Il va de soi que l’arrivée de températures plus clémentes n’est pas sans ravir les autorités.

«Ça va faire du bien à la forêt et donner un répit à notre monde, car depuis deux semaines, on a été pas mal sollicités», explique Guy Levasseur, porte-parole de l’équipe de la lutte aux feux de forêt du ministère des Ressources naturelles.

«Les températures actuelles sont plus froides que les dernières semaines et c’est beaucoup plus humide. De plus, la verdure commence à sortir, ce qui nous donne également un coup de main. Si tout va bien, on devrait donc être bons pour respirer un peu mieux au cours des semaines à venir», poursuit M. Levasseur.

Depuis le début de la saison des incendies de forêt, 293 feux ont été répertoriés sur le territoire néo-brunswickois contre 224 à pareille date l’an dernier, soit une différence de 69 incendies. C’est toutefois au chapitre du nombre d’hectares brûlés que la différence frappe davantage. On parle en effet d’un total de 728 hectares cette année comparativement seulement 312 en 2012.