CARAQUET – Un nouveau magazine web acadien a vu le jour cette semaine. Le magazine Astheure propose une tribune ouverte à divers sujets touchant l’Acadie sur le ton de l’opinion et de l’information, selon l’une des cofondatrices du magazine, Marie Hélène Eddie.

Le magazine en ligne Astheure a été fondé par des passionnés de communications – outre Marie Hélène Eddie, on retrouve Gilbert McLaughlin, Luc Léger, Julien Abord-Babin ainsi que Justin Dupuis au comité de rédaction – et compte quelques collaborateurs de tous les milieux. Selon Mme Eddie, la revue se donne pour mission «d’apporter des voix différentes, des sujets différents et des points de vue différents sur ce qui touche l’Acadie d’aujourd’hui».

«Nous voulons donner la chance à des gens de tous les milieux sociaux de pouvoir s’exprimer librement par le biais du magazine, moyennant certaines règles de rigueur en matière de communications», précise la jeune Acadienne qui réside maintenant à Ottawa.

En cela, Astheure cherche à sortir des cadres des médias «classiques», sans pour autant avoir la prétention de les concurrencer directement, appuie Marie Hélène Eddie.

«Au contraire, nous reconnaissons l’importance de nos divers médias acadiens dans le développement de notre communauté. Nous voulons leur être complémentaire en offrant un point de vue éditorial autre que ce que les médias traditionnels apportent, ou qu’ils ne peuvent apporter en raison de diverses contraintes», résume-t-elle.

L’idée d’un tel magazine web germait dans la tête de ses membres fondateurs depuis déjà plusieurs mois. Marie Hélène Eddie explique qu’ils sentaient bien la nécessité d’une telle tribune, puisque d’autres forums du genre ont surgi sur les différents médias sociaux, certains connaissant une existence relativement courte, d’autres étant plus limités dans leur effectif.

«Nous ne sommes pas les premiers à imaginer un tel outil de communication. En Acadie, ça faisait longtemps que nous entendions parler de ce genre de projet. Nous avons donc voulu ajouter notre voix à ce chapitre d’échanges en lançant notre propre portail, qui se veut inclusif envers les gens de tous âges et de toutes catégories», soutient Mme Eddie.

Astheure a vu le jour simplement, au dire de la cofondatrice, ayant pignon sur rue sur le web (astheure.com), un outil médiatique toutefois intéressant à exploiter, selon elle, ainsi que sur les médias sociaux.

«C’est une plateforme qui veut faire bouger les débats, les amener plus loin», déclare-t-elle d’un ton convaincu.

Le magazine Astheure pourrait toutefois prendre de l’expansion, si les lecteurs et les collaborateurs en manifestent le désir.

«Nous ne savons pas où ce projet va nous mener. Nous y allons un pas à la fois», affirme Marie Hélène Eddie.

Les gens intéressés à collaborer pour le magazine peuvent envoyer leurs suggestions par courriel au comité rédactionnel (astheure.revue@gmail.com).

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle