Le tourisme attend de nouveaux beaux jours dans la Péninsule

BERTRAND – Après plusieurs années de vaches maigres et de diminution du nombre des visiteurs, l’Office du tourisme de la Péninsule acadienne fonde de grands espoirs dans la saison estivale 2013.

«Je pense que la saison touristique va être bonne cette année», veut croire Jules Desylva, le président de l’office. Cet espoir se fonde sur une première réalité.

«Il y a une petite augmentation au niveau des réservations pour l’hébergement, annonce-t-il. Est-ce que ça va donner la note de la saison touristique? On va le voir d’ici le mois de juillet.»

La deuxième réalité tout aussi encourageante est de voir que les professionnels du tourisme, les collectivités et les différents paliers de gouvernement travaillent la main dans la main au développement de l’industrie. L’ouverture du centre récréotouristique du village de Bertrand, qui a été inauguré lundi matin, en est un bon exemple.

Une situation qui réjouit le président de l’Office du tourisme de la Péninsule.

«Depuis la création de l’office, je sens un momentum dans la Péninsule acadienne. On dirait que les gens sont plus prêts à travailler ensemble, ils sont conscients qu’on est une petite région et qu’on doit travailler ensemble pour attirer le visiteur ici», remarque Jules Desylva.

Reste maintenant à savoir si cela sera suffisant pour inverser la tendance. Le tourisme a beau être un moteur économique pour la Péninsule acadienne, il a connu quelques ratés. Crise économique, cours du dollar, prix de l’essence, les écueils sont toujours là. 

«Dans les dix dernières années, il y a eu une grosse diminution du nombre de visiteurs, mais depuis trois ans, ça s’est stabilisé», assure le président de l’office. 

Pour autant, il ne peut pas donner de chiffres plus précis que la fréquentation de certains sites touristiques emblématiques de la Péninsule acadienne, comme le Village Historique Acadien, qui attire «entre 40 000 et 60 000 visiteurs», ou encore l’Aquarium et Centre marin à Shippagan.

À ces valeurs sûres, auxquelles il faut ajouter les festivals estivaux, de nouveaux produits touristiques vont se greffer cette année pour offrir aux visiteurs une vaste gamme d’activités durant leur séjour, que ce soit en restauration, loisirs sportifs, ou encore découverte de la nature et du patrimoine acadien.

«Avec les nouveaux produits qui s’ajoutent aux anciens, on présente une belle vitrine. L’offre touristique est là, il faut maintenant attendre pour voir si les visiteurs vont répondre», souligne Jules Desylva en rappelant le rôle primordial de la météo sur la réussite de la saison.

«L’été va décider du sort de notre saison touristique, on annonce un bel été, on va espérer que les visiteurs vont être ici.»

 

UN NOUVEAU CENTRE RÉCRÉOTOURISTIQUE À BERTRAND

BERTRAND – Situé le long de la route 11, à la hauteur du Pont Rouge, le centre récréotouristique de Bertrand a pour vocation de stimuler le tourisme dans toute la région. «C’est un projet péninsulaire qu’on veut développer ici», insiste le maire de Bertrand, Yvon Godin, durant l’inauguration. Le site abritera un point d’information pour les visiteurs et accueillera aussi divers prestataires de services pour la location de kayaks de mer, de canots et de vélos.

Cette nouvelle infrastructure de près de 450 000 $ a été financée à la fois par la province, l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, le Village de Bertrand et la Véloroute de la Péninsule acadienne.

«Nous avons maintenant les infrastructures nécessaires pour inviter davantage les voyageurs à s’arrêter ici et les encourager à rester plus longtemps chez nous», se félicite Paul Robichaud, ministre du Développement économique.

Les pistes pour développer d’autres activités sont nombreuses. L’observation de la nature est l’une d’elles. D’ailleurs, une tour d’observation, au niveau du débarcadère, devrait être achevée d’ici la fin juin pour permettre aux touristes de profiter de la faune locale, notamment le pygargue à tête blanche et le satyre fauve des Maritimes.

Dans le même esprit, un sentier pédestre, doté de passerelles, d’une longueur de sept kilomètres, permettrait, si le projet se concrétise, de relier la tour d’observation au Village Historique Acadien afin de découvrir le littoral de la baie de Caraquet sous un angle nouveau. – PiL